« Au jardin-des-maraîchers, le visage du nouveau quartier se dessine »

Alors que le Bien Public se réjouit de la construction de la phase 1 de l’éco-cité des maraichers, il en oublie qu’un autre « Jardin des maraîchers » a réinventé le quartier à quelques mètres...

Le Bien Public titre avec réjouissance vendredi 9 mars « Dijon : au Jardin-des-maraîchers, le visage du nouveau quartier se dessine ». Pour toutes celles et ceux qui fréquentent le véritable « Jardin des maraîchers » devenu « Jardin des maraichères » par la force des choses, le titre fait sourire...

En effet, depuis 6 ans ce printemps, une parcelle du Quartier Libre des Lentillères est occupée par une équipe de maraîchers et maraîchères qui cultivent des légumes et les distribuent à prix libre aux personnes qui habitent le quartier et les environs. Cette parcelle s’appelle le ’Jardin des maraichères".

Il faut avoir les yeux tournés vers le marketing urbaniste pour trouver approprié et subtil d’appeler « jardin des maraîchers » l’éco-quartier qui menace 9 ha de terres maraichères occupées...

PNG - 801.4 ko

P.-S.

Toutes les infos sur le Quartier Libre des Lentillères, et le jardin des maraichères sur https://lentilleres.potager.org


Articles de la même thématique : Politique locale

Articles de la même thématique : Luttes territoriales

Résumé d’un arpentage de « Rage de Camp »

L’arpentage est une méthode de lecture collective issue de la culture ouvrière. À la Zad du Carnet, nous avons arpenté ce 30 octobre le livre « Rage de Camp » qui fait un retour d’expérience sur l’organisation d’un campement autogéré, anticapitaliste et anti-autoritaire. Un livre utile pour celleux qui veulent s’organiser sur une Zad !

[Besançon] Le GEEC s’installe aux Vaîtes (Groupe des Epouvantails En Colère)

Ce mardi 17 novembre, jour de l’appel à une deuxième vague d’action contre la réintoxication du monde, l’association Les Jardins des Vaîtes, a appelé jardinièr·es et ami·es des Jardins des Vaîtes à déposer banderoles et épouvantails aux Vaîtes. Une occasion de réaffirmer notre volonté de préserver ce poumon vert en coeur de ville, avec ses jardins, ses zones humides, ses habitant·es humains et non humains.