[Belfort] 300 manifestant·es contre les suppressions de postes chez General Electric


Territoire de Belfort

Le 16 avril, environ 300 personnes sont rassemblées devant le bâtiment 329 de GE avant de se rendre en cortège devant les ateliers de cette même entreprise. Elles manifestaient contre le énième Plan de Saccage de l’Entreprise prévoyant la suppression de 238 emplois. Les syndicats ont une proposition alternative permettant la sauvegarde de 140 emplois basée sur une analyse opérationnelle du plan de charge des compétences.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Syndicalisme

Articles de la même thématique : Licenciements

[Besançon] Un représentant de section syndicale menacé de licenciement

« Leroy Merlin » à Besançon-Chateaufarine, ce sont quelques cent-quarante salarié.e.s et comme partout des conditions de travail à défendre. Après dix années d’ancienneté, Romain a décidé de s’engager en ce sens. Il a ainsi été désigné représentant de section syndicale Force Ouvrière, en décembre dernier. Un mandat qu’il entendait utiliser pour agir concrètement, alors que les prochaines élections CSE sont prévues pour 2023. Jusqu’à qu’il reçoive, il y’a quelques jours, un courrier de son employeur, le convoquant à un entretien préalable à éventuel licenciement.

La CGT réclame la reprise de la Chocolaterie de Bourgogne

Vendredi 24, à l’appel de la CGT FNAF, des ancien·nes employé·es de la Chocolateriede Bourgogne se sont rassemblé·es devant la mairie et ont déployé une banderole sur la tour Philippe Le Bon et une délégation a été reçue à la mairie de Dijon pour réclamer la reprise de l’entreprise.