Christine Jakse : Salaire à vie et féminisme



Salut la fafa ! Vos chouettes dijonnaises sous caféine vous proposent une interview de Christine Jakse, militante au sein du groupe femmes du réseau-salariat !

Pour Christine Jakse, militante au sein du groupe femmes du réseau-salariat, l’extension du salaire à la qualification personnelle (ou salaire à vie) est une première étape dans une perspective féministe matérialiste. Mais plus encore : elle plaide pour le salaire unique.
Le salaire à vie existe déjà. C’est le statut de fonctionnaire par exemple. D’ailleurs, pendant le confinement, les fonctionnaires ont gardés leur salaire : celui-ci est donc bien attaché à la personne (et non au poste, et encore moins à la tâche).

Le salaire à vie entend rémunérer toute forme de travail. En ce sens, il est plus large que la simple reconnaissance de l’emploi, qui est une rémunération capitaliste.
Or, dans une lecture marxiste, on sait très bien que tout le monde ne travaille pas équitablement. On peut citer la oisiveté des actionnaires, par exemple.
Et dans une lecture féministe matérialiste, Christine Jakse défend l’idée qu’il existe une autre lutte de classe : celle des hommes contre les femmes. Le patriarcat donc.

Le salaire à vie permettrait de reconnaitre la valeur du travail domestique qui est très majoritairement aujourd’hui celui des femmes. Cette part de travail représente quasiment une « deuxième journée », statistiquement.
Étendre le salaire à la qualification est donc une lutte anticapitaliste, mais pas totalement féministe. En effet, même avec des salaires d’un rapport de 1 à 4 (de 1 500 à 6 000 euros selon la qualification, par exemple), le patriarcat ne disparaîtrait pas.

En ce sens, les différences de salaire femme-homme déjà observées aujourd’hui (environs 20% tout au long de la carrière, puis jusqu’à 40% à la retraite) se perpétueraient même avec un salaire à vie étendu à l’ensemble de la société.
La seule solution, semble-t-il, serait donc d’abolir le genre. Et donc le sexe. Ce qui permettrait de reconnaître un continuum entre filles et garçons, entre femelles et mâles.

Ainsi, seul un salaire unique serait en mesure d’abolir la lutte des classes prolétaires/bourgeois et femmes/hommes.
Position très radicale, qui mérite une réelle discussion !

N’hésitez pas à en débattre au prochain repas de famille 🙂



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Féminisme(s)

L’abécédaire de bell hooks

L’autrice féministe afro-américaine bell hooks est décédée ce mercredi. Pour lui rendre hommage, voici cet abécédaire publié par la revue Ballast.

Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires

La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d’importance dans l’agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu’il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.

Articles de la même thématique : Droit du travail

Assistants d’Education d’Hippo : une situation scandaleuse !

Début octobre, les assistant·es d’éducation du lycée Hippolyte Fontaine à Dijon ont reçu leurs salaires avec parfois plus d’une semaine de retard. « La modicité des salaires, la précarité des contrats, les missions pour autant exigées de ces collègues justifient que les salaires soient versés à temps, c’est non seulement une question économique, mais aussi une question de respect pour des personnels qui ont souvent le sentiment d’être méprisés. »