Sale temps pour les capitalistes : Rabasse.info rejoint le réseau Mutu pour relayer les luttes de Franche-Comté !

[Dijon] Barrage filtrant sur la ZI de Longvic



Ce mercredi 5 avril, une trentaine de personnes se sont réunies à l’aube pour mettre en place un barrage filtrant au rond-point du dépôt pétrolier de Longvic.
Des centaines de tracts appelants à la grève et à la manifestation de ce jeudi ont été distribué, et le blocage a provoqué des embouteillages jusque sur la rocade.

L’intersyndicale, qui était reçue ce matin par Élisabeth Borne, a quitté la réunion après moins d’une heure de réunion. Sophie Binet, nouvelle secrétaire générale de la CGT a décrit une « réunion inutile » et a dénoncé « un gouvernement radicalisé, obtus et déconnecté ».
Pour mettre à terre cette réforme et le gouvernement, continuons les grèves, blocages, manifs et sabotages !



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Syndicalisme

Rassemblement contre un licenciement au restaurant l’Edito

Sollicité à de multiples reprise par le syndicat Solidaires, l’Edito reste sans réponse face au licenciement d’un de ses employés. Solidaires 21 appelle une mobilisation vendredi 17 mai à partir de 18h45 afin d’interpeller les client·es du restaurant.

Articles de la même thématique : Contre la réforme des retraites (2023)

Conflit de classes inversé, l’épine dans le pied des luttes sociales

Hiver 2023, mouvement social contre la réforme des retraites. Fonctionnaires, salarié·e·s d’entreprises publiques, étudiant·e·s sont en grève et dans la rue. Caissier·ères, ouvrier·ères du bâtiment, femmes de ménage, livreurs deliveroo et autres salarié·e·s de la « deuxième ligne » sont au taf. Les classes moyennes peuvent-elles faire seules la révolution ?