Sale temps pour les capitalistes : Rabasse.info rejoint le réseau Mutu pour relayer les luttes de Franche-Comté !

[En images] Blocage du dépôt pétrolier de Longvic ce mardi matin



Dès 5h du matin, environ 80 personnes ont bloqué les accès au dépôt pétrolier de Longvic pour s’opposer au projet de réforme des retraites. Le blocage a été levé vers 8h du matin.

Ce mardi matin, une nouvelle opération de blocage du dépôt pétrolier de Longvic contre la réforme des retraites a eu lieu, en coordination entre la CGT, Solidaires, la FSU, FO et des occupant·es de l’amphithéâtre Eicher.
Environ 80 personnes étaient présentes dès 5h du matin sur les lieux, une semaine et demi après la précédente opération de ce type.
Des barricades de palettes et de pneus ont été montées pour empêcher le passage des véhicules, et des tracts ont été distribués.
Le blocage a été levé vers 8h du matin, mais a concerné peu de camion ou train citernes, le dépôt n’étant pas approvisionné du fait de la grève à la raffinerie de Feyzin.

JPEG - 744.8 ko
JPEG - 653.4 ko
JPEG - 583.7 ko
JPEG - 595.8 ko
JPEG - 888.4 ko
JPEG - 657.8 ko
JPEG - 604.6 ko
JPEG - 614.9 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Syndicalisme

Articles de la même thématique : Contre la réforme des retraites (2023)

Conflit de classes inversé, l’épine dans le pied des luttes sociales

Hiver 2023, mouvement social contre la réforme des retraites. Fonctionnaires, salarié·e·s d’entreprises publiques, étudiant·e·s sont en grève et dans la rue. Caissier·ères, ouvrier·ères du bâtiment, femmes de ménage, livreurs deliveroo et autres salarié·e·s de la « deuxième ligne » sont au taf. Les classes moyennes peuvent-elles faire seules la révolution ?