Une demandeuse d’asile résidente en EHPAD expulsée loin de sa famille



Le 12 janvier Mme W, 62 ans, convalescente d’un AVC après 10 jours de coma et 7 mois d’hospitalisation, sortie fin decembre pour entrer en EHPAD, a été expulsée en Belgique. Elle se retrouve ainsi séparée de sa fille qui remplissait le rôle d’aidante. Cette dernière est aussi menacée d’expulsion avec son bébé

Mercredi 12 janvier au matin Mme W, 62 ans, convalescente d’un AVC après 10 jours de coma et 7 mois d’hospitalisation, sortie fin decembre pour entrer en EHPAD, a été emmenée en Belgique, État responsable de sa demande d’asile jusqu’en mars 2022 (fin du delai de 18 mois nécessaire pour que la France devienne le pays responsable).

Sa fille, qui remplissait le rôle d’aidante et qui était au 115 avec son bébé a fait le choix de quitter l’abri de nuit afin de ne pas être emmenée elle aussi comme le laissait présager le test PCR effectué hier sous controle policier. Elle tient à retenter sa chance devant l’OFPRA après le rejet de sa demande de protection à la Belgique. La police ne l’a donc pas trouvée ce matin. Ils n’ont pas renoncé pour autant à transférer la mère malgré son état .

Un recours gracieux soutenu par les soignants en juillet, tentant d’obtenir un changement de procédure pour ces deux dames, ainsi qu’une demande urgente de clemence envoyée la veille de l’expulsion par SOS Refoulement sont restés sans réponses.

Dublin sans faiblir. . .



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Accueil des migrants

[Besançon] Expulsion d’un squat de mineurs étrangers

Depuis plus d’un an ce logement de fonction réquisitionné par l’association Solmiré permet un abri à des jeunes isolés étrangers dont le Département conteste la minorité. Appel à manifester contre l’inaction des pouvoirs publics, les procédures kafkaiennes d’évaluations de la minorité et la maltraitance administrative qui en résulte.