[En images] Malgré l’interdiction quelques dizaines de personnes ont manifesté leur soutien au peuple palestinien



Suite aux opérations de nettoyage ethnique dans certains quartier de Jérusalem Est et aux bombardement d’Israël contre une partie des territoires palestiniens, une manifestation était appelée vendredi 14 mai pour soutenir les palestinien·nes. Dans l’après-midi, la préfecture a annoncé l’interdiction du rassemblement pour des raisons absurdes, ce qui n’a pas empêcher quelques dizaines de personnes d’être présentes place du Bareuzai.

Fruit d’une lente construction pluriséculaire, la reconnaissance des libertés fondamentales s’inscrit dans une longue et pénible lutte historique des peuples face aux pouvoirs. Construction saccadée, avancée phénoménale, stagnation ou reculs : les libertés et les droits s’arrachent, ils ne s’octroient jamais.
Dans quel temps historique sommes-nous lorsque, dans ce nouvel épisode du macronisme, des manifestants sont sommés de se taire, bâillonnés, empêchés de s’exprimer contre la colonisation, contre les crimes, contre les violations du droit international, contre l’impunité, contre un silence assourdissant complice et insupportable ? Darmanin a donné le ton, il a demandé aux préfets de se faire les soldats de sa décision liberticide et incompréhensible d’interdire les manifestations de soutien aux palestiniens et pour l’application des résolutions internationales.

Interdiction à Dijon

Vendredi 14 mai, un collectif de plus d’une vingtaine d’associations dijonnaises, avaient organisé un rassemblement en faveur des palestiniens ciblés par les violences, les expulsions, l’entrave violente aux libertés les plus élémentaires et par un déluge de feu qui sème la mort et a déjà fait des milliers de blessés et rase toutes les infrastructures essentielles, des écoles aux locaux de médias internationaux, notamment dans la bande de Gaza.
Le rassemblement a été interdit par la préfecture de Dijon pour des raisons absurdes de formalités et de risques de trouble à l’ordre public que les forces de l’ordre n’étaient pas en mesure d’assurer. Un peu ballot quand même. Non ? Soit, nous verrons la suite. Cependant, il est bon de rappeler que jamais questions de formalités ou de notions très élastiques comme ceux de « troubles à l’ordre public » n’avaient empêché à Dijon un rassemblement comme celui-ci.

Plus d’une cinquantaine de manifestants étaient tout de même présents ‪ce vendredi à 17h‬ place du Bareuzai face aux membres de force de l’ordre Pas de drapeaux autorisés, pas de pancartes, pas de slogans scandés, une foule qui avait décidé de se réunir, pour, surtout, comprendre pourquoi ce rassemblement avait dû être soudain annulé pour être reporté.
Si la décision de Darmanin - dans le sillage d’un gouvernement qui a choisi la fuite en avant vers l’autoritarisme - d’interdire les manifestations en faveur des palestiniens et du respect du droit international a été suivie diversement par les préfectures de département, on attend de savoir, plus clairement, dans quel camp se range la préfecture de Côte-d’Or.

Alors même que la préfecture a justifié l’interdiction du rassemblement, entre autres, parce qu’elle n’aurait pas été en mesure de "sécuriser" le lieu de rassemblement les flics étaient présent en nombre. Au moins 5 fourgons, 4 voitures, et des motards de la police nationale étaient présents sur place.

JPEG - 630.9 ko

Alors qu’un attroupement commence à se former, les flics scindent la place en deux.

JPEG - 670.2 ko
JPEG - 673.1 ko

Pas de drapeau, de chant, ni de banderoles. Seuls de discrets signes de soutien se laissent aperçevoir.

JPEG - 510.6 ko
JPEG - 733 ko
JPEG - 476.6 ko
JPEG - 663.7 ko

Un manifestant finit par arborer un drapeau palestinien. Les flics le verbalisent.

JPEG - 607 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Palestine

Conférence Débat : L’Avenir de la Palestine

Une conférence débat avec le professeur Saïd Khalil, de l’Université de Birzeit aura lieu le mardi 28 juin de 18h à 20h Amphi Scelle, Bâtiment Droit-Lettres, sur le Campus de l’Université, consacrée à L’Avenir de la Palestine.

Festival du film palestinien

Du 10 au 29 juin, cinq soirées projection-débat sont organisées pour voir et parler de la situation en Palestine.

S2 EP18 Abolir la police 2/2

Tous les deux lundis, l’Actu des Oublié.e.s évoque les luttes dans le monde. Cette semaine, la deuxième partie de l’épisode consacré aux mouvements pour l’abolition de la police.

Articles de la même thématique : Impérialisme, colonialisme

Solidarité avec les anarchistes en luttes en Ukraine

Depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie, un réseau anarchiste d’entraide et de luttes s’est mis en place sur le terrain avec des soutiens à travers le monde. Face à la course au pouvoir et à la guerre entre états-nations, ce réseau offre une réponse émancipatrice queer-féministe et antiraciste.