Fermeture de lits en cascade à Besançon et dans le Doubs


Doubs

Communiqué du Collectif de défense de la Santé de Besançon et du Doubs.

L’annonce de la fermeture de 30 lits sur 147 au SSR (Soins de Suites et de Réadaptation) des Tilleroyes a été relatée dans la presse fin avril. La raison avancée de ces suppressions serait la pénurie de médecins gériatres. Cela fait suite aux 28 lits fermés au SSR du CHRU de Besançon en septembre 2020.

Sous le précédent quinquennat Macron 17900 lits d’hôpitaux ont été fermés dans le pays, dont 5700 en 2020, en pleine pandémie de Covid. Notons qu’à la clinique Saint Vincent de Besançon, depuis la période Covid, un service de 30 lits de SSR n’a toujours pas rouvert !

Déjà qu’il est particulièrement difficile de trouver un lit disponible au CHRU quelle que soit la pathologie des patient.e.s, pour trouver une place en SSR sur Besançon c’est quasi mission impossible !

Le chemin de croix des patient.e.s ne s’arrête malheureusement pas là. Il y a un risque sérieux de nombreuses heures d’attente pour quiconque se présente aux Urgences du CHRU, alors que ce service est déjà en sous-effectif. Le 4 mai le chef de pôle des Urgences a annoncé la fermeture de la 3e équipe du SMUR !

Au CHU, on dénombre un absentéisme très élevé depuis plusieurs mois parmi le personnel paramédical. Une situation inédite ! En un an le CHU a perdu 310 agents entre le 1er janvier 2021 et le 1er janvier 2022. Il y a toujours quelques dizaines de suspendu.e.s, sans revenus (salaires mensuels et primes). Comme si cela ne suffisait, la fermeture d’une unité de 42 lits dans un EHPAD du département du Doubs (du Larmont) est programmée.

Mais ce n’est pas tout ! Le service de médecine interne du CHRU ferme 14 lits le 16 mai, 20 lits ferment à l’hôpital général de Pontarlier, 10 lits ferment à l’hôpital local de Mouthe, 33 lits ferment à la clinique Saint Pierre de Pontarlier.

Le Comité de Défense de la Santé du Doubs (CoDéS 25) dénonce cette situation et appelle les usager.e.s à se mobiliser.
La date d’une manifestation sera communiquée ultérieurement.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Syndicalisme

Rectorat de Dijon : un plan d’action égalité femmes/hommes au point mort

A l’occasion du 8 mars, et du séminaire dédié à l’égalité le 1er juin, le rectorat de l’académie de Dijon a communiqué sur la déclinaison localement du plan national d’action sur l’égalité femme-homme et la lutte contre les violences. La CGT Educ’action de l’académie de Dijon estime qu’il est grand temps que cette politique soit appliquée dans notre académie, alors que le plan national a été voté et signé il y a plus d’un an et demi.

Les syndicats dénoncent le recrutement d’enseignant·es par job dating

Communiqué départemental intersyndical sur les recrutements par job dating dans l’académie. Le recrutement par job dating c’est l’ubérisation du métier d’enseignant. C’est un pas de plus vers une privatisation de l’école. Les organisations syndicales signataires demandent audience au Rectorat le 28 Juin en fin de matinée et appellent à un rassemblement/conférence de presse à 9h le mardi 28 juin devant Pôle Emploi Nord.

Et si on préparait une grève féministe ?

Après l’animation d’une discussion-débat sur le thème de la grève féministe lors d’une soirée sur le Travail des femmes à la bourse du travail, le Collectif 25 Novembre appelle à une première « AGF » à Dijon : une Assemblée de la Grève Féministe.

Articles de la même thématique : Hôpitaux