Fête Libre et Répression : La Grande Maskarade (Partie 1)

30 ans de répression, de mauvaises presses, de criminalisation n’auront pas suffit à faire taire cette culture, la culture Sound System qui aujourd’hui encore s’adapte, évolue, partage ses messages, ses valeurs et danse TOUJOURS...

La chronique CN ON AIR regroupe toutes les émissions de radio de Conscience Nocturne, diffusées sur les ondes de Radio Campus dans l’émission ElectroStory.


« En ce début d’année et alors que les hésitations du gouvernement sur la gestion de la crise sanitaire s’accumule et que la campagne de vaccination piétine c’est sur la free party de Lieuron que s’est jeté un acharnement médiatique et politique frôlant la chasse aux sorcières. »


Nous avons remarqué que l’âgisme, la vulgarisation des teufeurs et les mythes rythmaient, rythment et rythmeront les articles de la quasi-totalité des médias hormis peut-être certains médias indépendants.

JPEG - 54.1 ko

Suite à l’acharnement médiatique et politique on tenait nous aussi à réagir et nous exprimer sur la free party qui s’est déroulée dans la commune de Lieuron la nuit du nouvel an. Pour vous faire un petit résumer des faits que vous devez déjà tous connaitre, 2500 teufeurs dans un hangar ouvert donc ventilé, les copains de techno + qui distribuent masques, gel, capotes et consignes sanitaires de l’ARS de Bretagne qui a elle-même d’ailleurs déclaré il y a quelques jours qu’il n’y avait aucun cluster identifié 2 semaines après l’événement (comme toutes les frees depuis le début de la pandémie).

« Une belle bringue » « Ces 36 heures de bringue, m’ont fait un bien fou » « Comme d’hab les copains ont assurés » « Merci » voilà des exemples de commentaires que nous pouvions avoir lorsque l’on interrogeait des copains, copines ayant participé à cette fête.

Malgré le bon déroulement de l’événement, commence un véritable acharnement politico-judiciaire et médiatique dont résulte 9 personnes inculpées dont Tristan - dont on rappelle que le prénom a été changé pour préserver l’anonymat - qui a dormi 20 jours en prison. Quant aux neuf autres, ils sont sous contrôle judiciaire rigoureux pour ne pas dire aberrant.

Ces organisateurs/trices sont poursuivis pour 16 chefs d’inculpation (travail dissimulé, tenu illicite de débit de boisson, infraction à la législation sur les stup et notamment la facilitation de l’usage, dégradation du bien d’autrui en réunion, dégradation de bien d’utilité public, violences volontaires sur personnes dépositaires de l’autorité publique, occupation illicite du terrain d’autrui etc.) et donc une peine de 10 ans ferme est requise par le procureur.

Mais dans quelle époque vivons-nous pour qu’une telle peine soit requise pour de simples participants, car oui ce sont de simples participants : la police est intervenue sur lieu à 9h pour mettre fin à cette belle petite bringue sans savoir que les organisateurs étaient partis bien avant vers 5h du matin…

JPEG - 603.1 ko

Le procureur en charge de cet affaire, Philippe Astruc, est malheureusement le même magistrat chargé de l’affaire Steve… Quand on sait que ce dernier laisse trainer l’enquête depuis 2 ans, on ne peut espérer une clémence pour ces teufeurs.

C’est pourquoi plusieurs comités de soutien à la grande Maskarade ont vu le jour partout en France, c’est tout un mouvement qui se soulève et s’unit comme nous l’avons rarement vu pour défendre ses droits, sa culture, soutenir les personnes inculpées suite à la Grande Maskarade mais aussi LA CULTURE !!!

Conscience Nocturne

LIEN SOUNDCLOUND DE ELECTRO STORY DU 21 JAN :


P.-S.

Avec Conscience Nocturne, on aimerait avoir vos témoignages, Pourquoi vous venez en free ? Qu’est ce que signifie la fête libre pour vous ? Quels sont les valeurs qui vous plait dans ce mouvement ? N’hésitez pas à nous envoyer vos témoignages par mail à consciencenocturne@riseup.net ou en mp sur facebook ou instagram


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Free Party

Manifestive acte 2 : Décrétons l’état d’urgence culturel

Acharnement judiciaire contre la fête libre, chars censurés dans de nombreuses villes, manifestations interdites, répression policière… L’arsenal judiciaire bat son plein pour étouffer toute mobilisation autour de la fête libre. Nous répondrons avec nos basses et nos caissons pour une nouvelle manifestation samedi 6 mars !

[En images] Marche des libertés à Chalon-sur-Saône

Samedi 27, environ 500 personnes ont manifesté dans les rues de Chalon-sur-Saône pour protester contre les lois liberticides (« sécurité globale », « contre les séparatismes », fichage, etc.). Parmi les manifestant·es, beaucoup répondaient à l’appel du comité de soutien à la Maskarade, dont le camion-sono a rythmé le cortège.

Récit et photos de la vélorution et de la free party du port du canal

Samedi 20 février, un nouvel évènement de soutien aux inculpé·es de la Maskarade - la free party qui a eu lieu le soir du nouvel-an à Lieuron - avait lieu à Dijon. Pas de manif derrière les camions sonos cette fois-ci, mais une vélorution sonore, suivie d’une free party.

Articles de la même thématique : Fêtes

Free party au Port du canal : reprenons la rue !

Nous, Comité de soutien à la Maskarade Bourgogne Franche-Comté, soutenons l’initiative de quelques personnes qui ont souhaité reprendre la rue ce samedi 20 Février à Dijon et dénonçons l’arrestation de 2 participant.e.s au rassemblement qui s’est improvisé au Port du Canal après la Vélorution. Retour sur cette journée...

Fête Libre et Répression : La Grande Maskarade (Partie 2)

Le 30 janvier, nous étions à nouveau plusieurs dizaines de milliers en soutien à nos camarades inculpés dans l’affaire du nouvel an de Lieuron, victimes d’une répression outrageusement excessive, ainsi que pour nous opposer aux lois menaçant dangereusement nos libertés !