Journée internationale des luttes féministes : prenons la rue et soyons bruyant·es !

Manifestation en mixité choisie* sans mecs cis** à l’occasion du 8 mars (journée internationale des luttes féministes). Rendez-vous place du Bareuzai, samedi 6 mars à 13h30. Venez bruyant.es et nombreux·ses !

Alors que l’année 2020 a vu le nombre de violences et sexistes et sexuelles contre les femmes et minorités de genre augmenter, nos libertés de mouvement sont encore plus limitées avec les confinements et le couvre-feu actuel.
L’espace public nous est de moins en moins accessible et nous nous retrouvons enfermé.es dans l’espace privé où les violences se multiplient.
Pendant que nos choix vestimentaires et religieux, nos expressions de genre sont soumis à un regard raciste, sexiste et transphobe, sous prétexte d’une tenue républicaine absurde qu’on nous impose,
Pendant que nos droits à la procréation et à l’avortement sont encore discutés et menacés par des hommes cisgenres blancs riches non-concernés qui détiennent le pouvoir et par un gouvernement qui les protège,
Pendant que les personnes en situation de handicap attendent encore le droit à leur autonomie financière vis à vis des revenus de leurs conjoint·es,
Pendant que les travailleur·euses du sexe sont laissé·es sans revenu, sacrifié·es par le gouvernement lors des confinements en maintenant la pénalisation des client·es, les arrêtés anti-prostitution et en leur refusant l’accès aux fonds d’urgence,
Pendant que des députés n’ont rien d’autre à faire que vouloir bannir l’écriture inclusive des documents officiels,
Nous sommes dans une situation d’urgence vis à vis des violences patriarcales qui se perpétuent, de nos libertés et de nos droits menacés et de notre représentation dans cette société cis-hétéro blanche, valide, grossophobe et agiste.
Ils essaient de nous réduire au silence par tous les moyens, dans la rue, chez nous, au travail, à l’école, et de contrôler nos corps.
Nous, personnes trans et non-binaires, intersexes, femmes cisgenres ; gouines, pédé·es, travailleur·euses du sexe, racisé·es, gros·ses, en situation de handicap, subissons des discriminations au quotidien et sommes mis·es sous silence.
Rompons ce silence en reprenant la rue !
Refusons d’être silencié·es et silencieux·ses !

JPEG - 73.3 ko

Rendez-vous le samedi 6 mars à 14h place du Bareuzai pour une manifestation festive et bruyante en mixité choisie sans homme cisgenre.

À l’occasion du 8 mars, journée des luttes féministes, retrouvons-nous pour sortir de cet isolement forcé, reprenons la rue, manifestons ensemble et faisons du bruit. Soyons fièr·es et bruyant·es ! Nous invitons les dijonnais·es à nous rejoindre lors de cette manifestation internationale, pour célébrer ce rassemblement avec nos adelphes du monde entier.
Venez bruyant·es !
Ramenez de quoi faire du bruit, on vous attend nombreux·ses.

Premiers collectifs signataires :
Les Rainettes, Collectif 25 novembre, les Orageuses, les Colleur·euses féministes Dijon, Conscience Nocturne, Solidaires 21, Quartier libre des Lentillères, Espace autogéré des Tanneries.

Pourquoi la mixité choisie ? [1]

Nous partageons tous les jours tant bien que mal des espaces avec des hommes cisgenres. Il y en a qui sont nos alliés, il y en a qui sont ok. Il y en a qui ne le sont pas.
Nous prenons la rue à plein, car c’est un espace construit pour et par des hommes cisgenres. Nous prenons la rue à plein, car la rue nous appartient aussi.
Nous prenons la rue à plein, car nous revendiquons le droit d’y circuler, d’y stationner, seul·e ou à plusieurs, voilé·es ou en minijupe, sans craindre de se faire harceler.
Nous prenons la rue à plein, pour nous offrir un moment de répit et de prise de force entre personnes oppressées par le sexisme. C’est ce qui nous rassemble toustes ici dans cette marche.
Nous voulons que ce moment de visibilité appartienne aux personnes directement concernées par les luttes féministes.

Nous voulons une manifestation totalement inclusive des personnes trans, non-binaires et intersexes.
Le sexisme c’est tous les jours, le féminisme aussi.


P.-S.

*mixité choisie : Les différentes formes de mixité choisie sont des outils de lutte. Elles permettent la discussion et l’organisation entre personnes oppressées par les mêmes rapports de pouvoir.
**cis : Une personne dont le genre assigné à la naissance correspond au genre auquel elle s’identifie.


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Féminisme(s)

Pride off au squat La Pigeonne à Strasbourg

Au squat La Pigeonne, on ne veut pas que juin soit le mois de notre visibilité et de notre récupération, mais au contraire un mois de plus dans l’année pour partager nos colères et notre soif de liberté ! On vous propose deux dimanches pour se retrouver et construire collectivement d’autres luttes et d’autres mémoires queers dans notre Bibliothèque Marsha P. Johnson.

Articles de la même thématique : Mixité choisie / non-mixité

Organisations féministes, LGBTI, syndicales, nous soutenons tous les modes de lutte antiraciste

« La non-mixité est un acquis du mouvement social depuis le XIXe siècle, défendons-la pour toutes et tous ! » Un ensemble d’organisations féministes, LGBTI et syndicales demande le retrait de l’amendement sur les réunions en non-mixité racisée et de la loi « séparatisme ». La non-mixité est une pratique historique qui a permis de nombreuses avancées, et dans un contexte d’offensive raciste, « il est primordial de nous ranger aux côtés des organisations antiracistes », ajoutent-elles.