Où est la « liberté d’expression » dans « l’école de la confiance » ?

Une professeure du lycée Castel est convoquée au rectorat ce mardi. Il lui est reproché d’avoir publié sur ce site une tribune en réaction à la dernière allocution télévisée d’Emmanuel Macron.
Communiqué de personnels et de parents d’élève du lycée Castel.

  • Rassemblement de soutien devant le rectorat

    Jeudi après-midi, une soixantaine de personnes se sont rassemblées devant le rectorat pour soutenir Sophie Carrouge pendant que celle-ci était dans les bureaux du rectorat.
    Contactée, par Le Parisien, sa hiérarchie confirme que la professeure a été convoquée pour sa virulente tribune contre le président. « Mais ce n’est pas pour la sanctionner, mais pour dialoguer, explique le rectorat de Dijon. Ses propos sortent de son obligation de réserve de fonctionnaire, on échange avec elle sur ce sujet pour marquer le coup. »
    Puisque cela semble nécessaire on rappelle que les enseignants ne sont tenus à aucune « obligation de réserve » mais seulement à la discretion et au secret professionnel.

    JPEG - 1.1 Mo

Dijon, le 17 décembre 2018

COMMUNIQUÉ

Nous, personnels de l’Éducation Nationale, parents d’élèves, représentants syndicaux du lycée le Castel, avons appris avec consternation la convocation de l’une de nos collègues par le rectorat, suite à l’écriture d’une tribune dans une publication dijonnaise [1]. Nous l’assurons collectivement de tout notre soutien.

Dans la période de mobilisation actuelle contre les différentes réformes dans l’Éducation Nationale, une telle convocation apparaît comme une volonté de faire pression sur l’enseignante et de faire taire toute expression de contestation. Un tel contre-feu ne nous empêchera pas de nous mobiliser contre les réformes en cours. Où est la « liberté d’expression » dans « l’école de la confiance » ?

C’est pourquoi nous appelons toutes et tous à soutenir cette enseignante jeudi 20 décembre à partir de 15h15 devant le rectorat.

Les sections syndicales du Lycée Le Castel (SNES-FSU, FNEC-FP-FO, CGT Éduc’action, Sud Éducation) ont demandé plusieurs fois depuis le mois d’octobre à être reçues par Madame La Rectrice. Nous demandons à être entendus sur nos revendications : retrait des réformes du lycée général, technologique et du lycée professionnel, abandon de la réforme du bac, abandon de la plate-forme Parcoursup’, retrait de la loi ORE, maintien des postes.

C’est pourquoi nous réitérons notre demande d’audience auprès de Madame la Rectrice.


P.-S.

La tribune de Sophie Carrouge :

Le grand chef blanc a parlé

Hugh grand chef blanc, tu as bien parlé et tu as restauré l’autorité du conseil des anciens, tous ces chauves à grandes bouches qui parlent, parlent et comprennent qu’un bon indien est un indien mort ou grabataire.

24 décembre 2018

Notes

[1C’est Dijoncter ;)

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Lycée

Gazette (des confiné·es) # 16 - À vélo, féministes et avec les luttes contre l’extrême droite et l’agroalimentaire breton

Cette semaine, on fait un petit tour des appels féministes pour s’organiser, on se motive contre l’extrême droite, contre Parcoursup, contre le numérique obligatoire dans l’enseignement et on s’enjaille à reprendre le vélo. On s’interroge aussi sur la production scientifique : seconde vague ou non ? Municipales ou non ? Et enfin, on soutient les journalistes en lutte en Bretagne contre l’agroalimentaire.

[En images] Le Rectorat muré par les personnels de l’Éducation Nationale en grève

Mercredi 5 février, un rassemblement était organisé par l’intersyndicale de l’éducation nationale devant le Rectorat. Les personnels mobilisés entendaient protester contre la réforme des retraites, contre la réforme Blanquer (avec notamment la mise en place des E3C), et contre les suppressions de postes dans l’académie de Dijon.

Appel à rassemblement contre les E3C

Communiqué départemental intersyndical sur les E3C et les suppressions de postes. Il appelle à un rassemblement le 5 février 2020 à 14h devant le Rectorat, au moment où une audience intersyndicale et inter-établissements sera reçue.

Articles de la même thématique : Syndicalisme

Débrayage chez Procter & Gamble où 27 emplois sont menacés

Ce vendredi matin, une cinquantaine de travailleurs et de travailleuses de l’entreprise Procter & Gamble ont débrayé entre 9h30 et 10h30 pour défendre leur emploi. Dans un communiqué, l’intersyndicale CFDT, FO, SUD annoncait en effet que la direction de l’entreprise s’apprêtait à supprimer 27 postes sur les 80 que compte le site de Dijon.

[Dijon] Rassemblement contre la politique antisociale du gouvernment

Jeudi après-midi 400 personnes se sont rassemblées sur la place de la République contre le plan de relance du gouvernement.

Tribu Festival : deux soirées autour des luttes syndicales

Pour sa 21e édition, qui aura lieu du lundi 28 septembre au dimanche 4 octobre prochain à Dijon et agglomération, le Tribu Festival organise deux soirées autour des luttes syndicales. Programme et présentation.