[Table ronde] Pour une agriculture nourricière et responsable



Accaparement des terres, spéculation, artificialisation... Longue est la liste des obstacles à la réappropriation des terres par celles et ceux qui les font vivre.
Table ronde avec des paysans, des associatifs, des chercheurs, et des élus autour de l’enjeu de la réappropriation foncière.

L’enjeu de la réappropriation foncière au niveau territorial

« La terre nourricière appartient à tous ceux qui la font vivre ».
C’est l’horizon que dessinent des milliers de paysans et acteurs de la société civile au travers d’expérimentations qui visent à soutenir une agriculture nourricière dans chaque territoire par la ré-appropriation collective du foncier agricole.
Mais ce chemin est semé d’embuche, l’accès au foncier agricole pour les candidats à l’installation reste difficile, et ceci d’autant plus pour des projets qui sortent des cadres conventionnels. Malgré les outils de régulation, nous constatons que les réflexes corporatistes ou localistes, l’opacité des transactions et la méfiance de la profession freinent un mouvement pourtant bien réel de reconquête paysanne de nos campagnes.
Aussi, l’accaparement des terres, la spéculation et l’artificialisation se poursuivent dans
des proportions inquiétantes. Alors qu’une loi foncière est annoncée au niveau national, alors que l’année 2020 sera une année d’élections municipales avec des collectivités locales qui disposent de compétences pour protéger le foncier agricole et soutenir l’installation paysanne, chaque intervenant à cette table ronde sera appelé à répondre à ces questions :
• Pourquoi et comment reprendre la main sur la gestion du foncier agricole et de son devenir à l’échelle territoriale ?
• Face aux bouleversements climatiques, quel sursaut dans la protection des terres agricoles et la défense d’une agriculture nourricière ?

Table ronde avec :

• Vincent Jannot, Directeur des partenariats à la Fédération Nationale Terre de Liens
• Yannick Sencébé, Maître de conférences en sociologie à Agrosup Dijon
• des interventions d’associations, de chercheurs, d’élus et de paysans

Samedi 16 novembre, à 20h30 à la salle des fêtes de Mâlain
Précédée d’un apéro et buffet paysan à prix libre
(à partir de 18h30)



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Agriculture bio

[Discussion] Jardiner en ville c’est aussi résister

Soirée discussion autour du livre Sous les pavés la terre. Agricultures urbaines et résistances à la métropole, en présence de son autrice Flamninia Paddeu.
Samedi 11 Juin à 20h, Snack Friche au Quartier Libre des Lentillères,
8 1/2 rue Amiral Pierre, Dijon

[Besançon] Tous au tribunal pour Claire !

Claire Guyon fait face à de multiples animosités des mairies alentours pour l’empêcher d’installer une ferme en agriculture biologique diversifiée. Ce vendredi matin à l’alpage de la Boivine (1220m d’altitude, près du Mont d’Or) où elle s’est installée la semaine dernière, Claire a reçu la visite d’un huissier et une convocation pour le lundi 16 mai.

Articles de la même thématique : Discussion - Débat

Avec la langue

Des livres, des revues, des lectures, des performances et des échanges avec Élodie Petit, Roberte la Rousse et Trou Noir, pour voir tout ce qu’on peut faire avec la langue.
[Chalon-sur-saône / la Méandre / 22/06 à 17h]

Zadenvies - Rencontres d’été à Notre-Dame-des-Landes

Du 8 au 10 juillet, sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes ont lieu trois jours de projections, discussions, spectacles, concerts et balades sur les thèmes construire les autonomies, imaginer les solidarités, oser les hypothèses révolutionnaires et se doter d’outils pour prendre soin des collectifs.