Préparation du 8 mars 2020 : on continue !

Après une première réunion à l’appel du Collectif 25 Novembre où une cinquantaine de personnes se sont rassemblées pour discuter des actions à construire, nous poursuivons ce travail collectif lors d’une nouvelle réunion le mercredi 5 février !

Peu de monde à 18h25, pour une réunion prévue à 18h30.. On commence à se dire que c’était peut-être trop tôt pour parler du 8 mars, que les dijonnais-es ne sont pas prêt-e-s pour les actions féministes un peu sérieuses, ou alors que c’est l’envoi d’un email un peu salé dans la matinée qui en a découragé quelques un-e-s. Mais finalement, 18h35 : on est cinquante dans la salle.

Plusieurs têtes connues pas vues depuis la manifestation du 23 novembre, des membres d’associations amies, des syndicalistes, des militant-e-s d’organisations plus classiques, des étudiant-e-s rameuté-e-s grâce aux réseaux sociaux.. Un succès en soi !

La réunion se passe, le Collectif 25 Novembre se présente plus officiellement et rassure sur le fait que la participation à l’organisation du 8 mars est libre, qu’il suffit d’approuver les principes posés lors de cette première réunion.

Les discussions s’engagent ensuite sur les actions possibles : rejoindre le mouvement international de grève féministe ? organiser une action pour dénoncer le travail domestique ? protester contre le modèle de consommation qui instrumentalise nos corps ? manifester devant des lieux symboliques ? lancer une marche nocturne en mixité choisie* ?

Tout est à faire et imaginer.
Rejoins-nous, apporte tes idées ou viens aider à mettre sur pied celles qui te plaisent déjà.

Prochaines réunions :
5 février, 18h30 à la Maison des associations (1er étage, salle du fond)
19 février, 18h30 à la Maison des associations (1er étage, salle du fond)



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Féminisme(s)

Féministes, nous luttons contre la répression d’État

Des intellectuels et des artistes, dont Françoise Vergès, Isabelle Stengers, Paul B. Preciado et plusieurs collectifs féministes s’allient pour affirmer « leur peur et leur colère face à la course sécuritaire menée par le gouvernement », et réclamer la libération des militants arrêtés le 8 décembre 2020.

Organisations féministes, LGBTI, syndicales, nous soutenons tous les modes de lutte antiraciste

« La non-mixité est un acquis du mouvement social depuis le XIXe siècle, défendons-la pour toutes et tous ! » Un ensemble d’organisations féministes, LGBTI et syndicales demande le retrait de l’amendement sur les réunions en non-mixité racisée et de la loi « séparatisme ». La non-mixité est une pratique historique qui a permis de nombreuses avancées, et dans un contexte d’offensive raciste, « il est primordial de nous ranger aux côtés des organisations antiracistes », ajoutent-elles.

Pour un féminisme de combat : soutien à la maison pour les femmes et minorités de genre exilé.e.s !

Parce que l’irresponsabilité de l’Etat n’a jamais été si grande, les féministes en lutte ne peuvent qu’apporter leur soutien et solidarité à l’ouverture d’une maison pour les personnes exilé.e.s depuis le 7 avril. Face à l’incompétence de l’État, la violence de ses institutions, et sa répression policière sexiste, queerphobe et raciste de plus en plus violente et systématique, nous nous organisons. Nous occupons l’espace qu’on nous refuse. Pour se confiner, il faut déjà une maison.

Articles de la même thématique : Violences sexuelles

Condamner le viol pour renforcer la culture du viol

« Et puis régulièrement un compte masculin débarque et explique que le mieux à faire, contre les violences sexuelles, c’est de tuer, torturer, mutiler leurs auteurs. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, ce genre de comportement appartient pleinement à la culture du viol. »
Article repris du blog sur l’écologie politique d’Aude Vidal.