Rassemblement de soutien à Sophie Carrouge

Une centaine de personne était réunis devant le Rectorat jeudi, pendant que Sophie Carrouge était convoquée pour se faire tirer les oreilles par la rectrice suite à sa tribune paru sur Dijoncter « Le grand chef blanc a parlé ».
Il semblerait que malgré l’absurde de la situation, le coup de pression de la convocation n’aura pas réellement de suite pour Sophie Carrouge, même si elle a été sommée d’arrêter d’envoyer des punchlines bien senties à Macron avec son nom et son statut.

JPEG - 553 ko

Communiqué de presse de la section SNES du Castel

Sophie Carrouge est ressortie libre de toute sanction de la convocation au Rectorat, suite à la publication d’un pamphlet sur le site dijoncter.info.
Ses interlocuteurs, de la direction des ressources humaines de l’Académie de Dijon, ont alterné menaces voilées et hommages à son professionnalisme. Leur lecture du « devoir de réserve », qui n’existe pas dans le droit français mais qui est plutôt le fruit d’une jurisprudence complexe, est particulièrement restrictive. Selon eux, les enseignants n’ont pas le droit à la liberté d’expression, qui leur est pourtant garantie par la loi, s’ils se revendiquent enseignants.
Mme Carrouge est une professeure respectée et charismatique, très en pointe au côté de ses collègues et des élèves contre Parcours Sup et la réforme du lycée. Cette convocation, appuyée par un dossier fourni des Renseignements Généraux, apparaît comme une tentative de l’Administration d’étouffer toute contestation, dans un contexte politique difficile pour le gouvernement.
Seule une mobilisation rapide via les réseaux sociaux et les médias traditionnels a permis une issue heureuse pour notre collègue, mais nous resterons vigilants pour la suite.

JPEG - 444.8 ko
JPEG - 426.9 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Lycée

Gazette (des confiné·es) # 16 - À vélo, féministes et avec les luttes contre l’extrême droite et l’agroalimentaire breton

Cette semaine, on fait un petit tour des appels féministes pour s’organiser, on se motive contre l’extrême droite, contre Parcoursup, contre le numérique obligatoire dans l’enseignement et on s’enjaille à reprendre le vélo. On s’interroge aussi sur la production scientifique : seconde vague ou non ? Municipales ou non ? Et enfin, on soutient les journalistes en lutte en Bretagne contre l’agroalimentaire.

[En images] Le Rectorat muré par les personnels de l’Éducation Nationale en grève

Mercredi 5 février, un rassemblement était organisé par l’intersyndicale de l’éducation nationale devant le Rectorat. Les personnels mobilisés entendaient protester contre la réforme des retraites, contre la réforme Blanquer (avec notamment la mise en place des E3C), et contre les suppressions de postes dans l’académie de Dijon.

Appel à rassemblement contre les E3C

Communiqué départemental intersyndical sur les E3C et les suppressions de postes. Il appelle à un rassemblement le 5 février 2020 à 14h devant le Rectorat, au moment où une audience intersyndicale et inter-établissements sera reçue.

Articles de la même thématique : École

Une sortie de classe haute en couleurs pour l’école Champollion des Grésilles

Ce jeudi enseignant·es, parent·es d’élèves et élèves de l’école Champollion étaient mobilisé·es devant leur école pour s’opposer à la suppression d’une classe. Dans le contexte actuel, cette décision ne ferait qu’accroître les difficultés et le sentiment d’abandon du quartier.

Fermeture de classe à l’école Champollion des Grésilles ?

L’éducation nationale prévoit de fermer une classe dans l’école champollion aux Grésilles.
Les institutrices et les parents d’élève se retrouvent devant l’école jeudi 25 juin à 16h05.

Tableau noir ce mardi matin au Grésilles

Récit d’une matinée d’école pas comme les autres après trois journées angoissantes dans le quartier.