Répression au balcon

Comme je me retrouvais privée de moyen d’expression et assignée à résidence dans mon village, j’ai accroché des banderoles sur ma maison pour interpeller les passants sur notre situation politique. Mes banderoles mettaient en exergue les choix sociaux désastreux du gouvernement actuel (et des précédents).

Cela fut l’occasion de quelques discussions avec des voisins qui estimaient que le temps n’était pas à la polémique mais à l’unité nationale. La banderole du 1er avril (« 1er avril toute l’année au gouverne et ment ») a déclenché une discussion car des personnes n’avait pas compris que les phrases contradictoires dites par les petits poissons étaient celles du gouvernement. Certains ont été choqués par une citation de Martin Luther King (« N’oubliez jamais que tout ce qu’a fait Hitler en Allemagne était légal »). En effet, ils sont persuadés d’être en démocratie et que tout va bien…

Après environ un mois d’affichage, je vois arriver la maréchaussée. Comme il vaut mieux prévenir que guérir, j’avais demandé à mes enfants de filmer leur intervention. Deux gendarmes me demandent d’enlever mes banderoles. Je leur demande donc de préciser sur quelle loi et quels articles ils fondent leur intervention. Comme ils ne savent pas, l’un deux appelle le chef tout en cherchant autour de mes banderoles. Dans la discussion, j’apprends qu’ils avaient reçu la photo d’une de mes banderoles (« Rien n’est bon dans le Macron ») qui n’était pas visible ce jour-là (au verso). D’après eux et selon l’article N°371, il s’agit d’une diffamation qui est passible d’amende plus lourde s’il s’agit du président (article N°30143). Ils ont noté mes coordonnées et ils ont aussi tenté de noter le nom des mes enfants ce que j’ai refusé.

À noter que ces forces de l’ordre sont venues sans masques, ni gants et se déplacent en voiture en ne respectant pas la distance de 1 m à l’intérieur du véhicule.

Donc, ils intimident pour faire retirer toutes les banderoles alors qu’une seule poserait problème, ce qui est faux puisque le délit d’offense au chef de l’état a été abrogé (voir ci-dessous). De plus les articles de lois invoqués sont trop imprécis (des N° sans référence autre) pour être vérifiés. D’autres personnes, dans d’autres région [1], ayant manifesté au balcon ont aussi reçu la visite des forces de l’ordre et même l’une d’elle a fait 4H de garde à vue à Toulouse [2].

J’appelle le maximum de monde à manifester au balcon. Plus on est nombreux, moins les dirigeants ont de pouvoir.

Une manifestante de balcon

[En image] Banderoles et messages de confinement

Récolte de banderoles et messages affichés dans les rues de Dijon et environs.

30 avril
[En image] Quelques manifestations de balcon !

Quelques images de banderoles et de tag qui nous ont été envoyées dernièrement.

27 avril
Soutien à tous les cortèges de fenêtres intimidés par la police

Affichage publicitaire vs. affichage militant : 2 poids, 2 mesures. Comment notre expression est conditionnée par les intérêts économiques et la police.

1er mai


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Coronavirus

Sur « Hold-up » et le complotisme - Quand le vrai est un moment du faux

Vous avez sans doute un cousin ou un ami qui vous a envoyé le lien vers le documentaire « Hold up » en vous indiquant que la vérité était enfin révélée. Problème : vous n’avez pas le temps de regarder le dit documentaire ou de lire sur la question. On vous comprend. Voilà une mise au point rapide et incomplète sur la question. Nous n’avons ni le temps ni le désir de passer davantage de temps sur la question.

Articles de la même thématique : Pression - Censure

Manifestation contre la loi sécurité globale mardi soir à Dijon

Plusieurs organisations politiques, syndicales et associatives appellent à manifester contre la loi sécurité globale mardi 24, jour du vote de la loi à l’assemblée nationale. Cette loi liberticide interdit notamment de filmer les policiers en exercice. Elle permet au contraire à ceux-ci d’utiliser des drones de surveillance, la reconnaissance faciale, ou encore d’être armés en-dehors de leur service.

[Chalon-sur-Saône] Manifestons contre la proposition de loi liberticide dite de « sécurité globale »

La LDH, le CNNR 71 et Solidaires 71 appelent ce mardi à une manifestation contre le projet de loi « sécurité globale », un projet de loi liberticide qui généralise les caméras piétons pour les forces de l’ordre en ouvrant la porte à la reconnaissance faciale, légalise la surveillance des manifestations par des drones, et interdit de diffuser des videos des forces de l’ordre.