Un journaliste du Bien Public insulté par Philippe Berthaut

Le Directeur Général des Services de Dijon métropole a encore frappé. Cette fois il s’en prend à un journaliste du Bien Public.

Le 13 septembre, Sébastien Graciotti, journaliste au Bien Public, a copieusement été insulté par Philippe Berthaut, chien de garde de Rebsamen et de sa métropole. Ce qui a déclenché l’agression est un article paru le 21 août dernier et que le fonctionnaire n’a pas apprécié. Cet article mentionnant le fait que le DGS se baignait dans la piscine du Carroussel alors que celle-ci était en travaux et interdite d’accès (https://www.bienpublic.com/edition-dijon-ville/2019/08/20/piscine-du-carrousel-des-bains-interdits-qui-font-des-remous). Ce n’est pas la première fois que Berthaut agit de manière incontrôlée, rappellons-nous la mise-en-scène de sa démission en mars dernier après sa scandaleuse provocation envers une manif de gilets jaunes :

Tchao Berthaut !

Le 9 février, lors de l’acte XIII des gilets jaunes, un face à face devant l’hôtel de ville a soulevé bien des interrogations et entraîné un léger remaniement au sein de l’équipe municipale.

4 mai

Le directeur départemental d’Est Bourgogne Média a écrit à Philippe Berthaut ainsi qu’à François Rebsamen pour demander des excuses. Ni les deux hommes, ni leur secrétariat n’ont daigné répondre, la mairie de Dijon ne se sent pas concernée. Le Syndicat National des Journalistes apporte son soutien au journaliste et dénonce une agression inexcusable :

JPEG - 91 ko
Journaliste du Bien Public insulté : une agression inexcusable !

« Piscine du Carrousel : des bains interdits qui font des remous »... Publié le 21 août dernier dans les colonnes du Bien Public, l’article faisait état du fait que plusieurs personnes - dont Philippe Berthaut, directeur général des services de la Ville de Dijon et de Dijon Métropole - s’étaient baignées dans le bassin extérieur de la piscine du Carrousel, pourtant interdit d’accès puisqu’en travaux.

Un article qui n’a pas été du goût du DGS : lors d’une conférence de presse le 13 septembre, il a refusé de serrer la main du chef d’agence de Dijon Sébastien Graciotti et lui a craché sur la main en proférant moultes insultes à l’encontre du journaliste.

Notre confrère a déposé une main courante au commissariat de police et le directeur départemental d’EBM a écrit officiellement à Philippe Berthaut et François Rebsamen, maire de Dijon et président de Dijon Métropole, pour demander des excuses. A ce jour, toujours aucune réponse... Sébastien Graciotti va porter plainte avec le soutien de la direction.

Cette agression verbale et physique constitue une inexcusable tentative de pression et d’intimidation à l’encontre de la presse. Le Syndicat national des journalistes (SNJ), premier syndicat de la profession, dénonce et condamne avec la plus grande fermeté la réaction inadmissible de Philippe Berthaut et apporte son soutien à notre confrère agressé dans l’exercice de ses fonctions. La presse n’a pas à être insultée quand elle fait son travail.

Dijon, le 26 Septembre 2019



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Politique locale

Départ de Bernard Schmeltz : il était temps !

La nouvelle est tombée ce mercredi à la sortie du conseil des ministres : le préfet de la région Bourgogne-Franche-Comté et de la Côte-d’Or Bernard Schmeltz quittera ses fonctions le 24 août prochain. L’heure est venue de faire le bilan de ses deux ans et demi de mandat pendant lesquels le futur ex-préfet a fait l’unanimité contre lui.

Articles de la même thématique : Bien Public

Comparution immédiate : le mépris du Bien Public

Alors que deux personnes se retrouvent condamnées à des peines démentes pour avoir simplement alimenté un feu sur la voie publique, le Bien Public ne trouve rien de mieux à faire que de les mépriser en des termes humiliants.