#19 Free Faucheur Party

Une alliance inédite entre teufeurs et faucheurs volontaires, contre l’ADN et les OGMs !

Dijoncter est accueilli sur les ondes de radio campus tous les mardis matins.
Toutes les chroniques audio sont à retrouver dans la rubrique « Sur l’onde ».

Chronique Dijoncter - #19 Free Faucheur Party
Mardi 23 février 2021
Chronique pour Radio Campus Dijon

Pour aller plus loin :

le texte

— Ouahou ! Il arrache ce son, alors on fait encore une tribune de soutien à la Grande Maskarade et aux free party dijonnaises, c’est ça ?

— Non, non, c’était juste un petit clin d’oeil pour dire qu’on les soutient effectivement, mais je voulais parler d’un truc un peu plus confidentiel, le procès qui a lieu ce matin à Dijon d’un faucheur volontaire d’OGM pour refus de prélèvement d’ADN.

— Ouais t’as raison y’a eu un article sur dijoncter cette semaine qui disait que la répression ça faisait partie de l’ADN des free parties. Moi je suis d’accord je dis il faut refuser cet ADN. D’ailleurs je suis contre le vaccin du covid ou tous les trucs qui modifient mon génome

— Euh…bon, en tout cas, c’est sûr que c’est assez ironique d’être condamné pour refus d’ADN quand on lutte contre des organismes génétiquement modifiés. Laurent Cousot, le faucheur qui passe en procès, avait déjà été relaxé en juin dernier pour la même infraction. Il est reconvoqué aujourd’hui, moins d’un an plus tard, pour le même motif mais pour une autre action : le fauchage d’une parcelle d’essai de tournesol dans la drôme

— Ah non j’ai pas vu de drône à la vélorution de ce week-end, par contre ces gros bâtards de keufs ont arrêté deux personnes sur le port du canal, alors que les gens avaient arrêté le son à 18h, en respectant le couvre feu et tout ! On peut pas dire que ce sont des irresponsables !

— D’accord, d’accord... les faucheurs volontaires parlent d’une disproportion du délit de refus d’ADN à l’encontre d’acte militant. Ils estiment qu’ils agissent dans l’intérêt général et refusent en même temps cette atteinte aux libertés qui consiste pour l’État et la police à prélever un bout de notre corps.

— Bouger son corps ! Non mais c’est la base de la vie et de la révolte, j’suis trop d’accord. La crise sanitaire ça met vraiment bien en lumière la façon dont le pouvoir c’est une affaire de contrôle des corps : ok pour les mettre au travail malgré les risques, par contre la teuf, c’est improductif donc c’est scandaleux !

— ...Pas faux... En parlant de pouvoir, les faucheurs profitent du procès pour en faire une tribune contre l’inaction de l’État vis à vis des nouveaux OGMs. En gros les industriels qui produisent les semences modifiés ont mis au point des nouvelles techniques de mutation pour qu’elles échappent au cadre réglementaire, et depuis un an que le Conseil d’État a enjoint le gouvernement d’intervenir, celui-ci n’en a toujours pas pris le risque.

— Oui, exactement, c’est une question de réduction des risques. De toute façon, personne chez les teufeurs n’a exprimé le fait qu’on s’en foutait du covid, dans leur communiqué ils insistent sur le respect des « consignes sanitaires ». Et puis dans ce milieu, mine de rien, avec l’usage des drogues, il y a une vraie culture de la RdR, la réduction des risques justement.

— Ok, ok. Bon, de mon côté, tout en souhaitant au faucheur d’être à nouveau relaxé, je voudrais quand même signaler qu’on est dans une période de durcissement de la répression contre l’écologie qui pratique l’action directe :
- depuis un an les écolos ont droit à une cellule spéciale de la gendarmerie,
- en février des députés ont présenté un rapport pour créer de lourdes peines contre les actions d’entrave et d’intrusion sur les exploitations, dans les abattoirs, etc.,
- et puis la loi séparatisme avec son volet « contrat d’engagement républicain » à destination des associations, sous couvert de lutte contre l’islam radical, vise à étouffer toutes les pratiques de désobéissance civile

— Le slam vertical ?! Mais c’est quoi ça ? Jamais entendu parler ! Il doit falloir être vraiment raidos pour faire du slam vertical !

— Sans doute oui ! Allez, soutien à tous ceux et celles qui désobéissent et à la semaine prochaine !

— Attends, attends, je suis chaude là, je tente le truc, je saute là, je vais faire un slam vertical, tu me rattrapes ???



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Free Party

Manifestive acte 2 : Décrétons l’état d’urgence culturel

Acharnement judiciaire contre la fête libre, chars censurés dans de nombreuses villes, manifestations interdites, répression policière… L’arsenal judiciaire bat son plein pour étouffer toute mobilisation autour de la fête libre. Nous répondrons avec nos basses et nos caissons pour une nouvelle manifestation samedi 6 mars !

[En images] Marche des libertés à Chalon-sur-Saône

Samedi 27, environ 500 personnes ont manifesté dans les rues de Chalon-sur-Saône pour protester contre les lois liberticides (« sécurité globale », « contre les séparatismes », fichage, etc.). Parmi les manifestant·es, beaucoup répondaient à l’appel du comité de soutien à la Maskarade, dont le camion-sono a rythmé le cortège.

Récit et photos de la vélorution et de la free party du port du canal

Samedi 20 février, un nouvel évènement de soutien aux inculpé·es de la Maskarade - la free party qui a eu lieu le soir du nouvel-an à Lieuron - avait lieu à Dijon. Pas de manif derrière les camions sonos cette fois-ci, mais une vélorution sonore, suivie d’une free party.

Articles de la même thématique : Répression