Appel à dons - réseau d’entraides des Tanneries

Depuis le début du confinement, l’Espace Autogéré des Tanneries est devenu un espace de stockage et de redistribution de colis alimentaire afin de fournir des produits de première nécessité à des personnes précaires.

La crise sanitaire du coronavirus est venue à amplifier la crise sociale ancrée depuis longtemps, créant de nouvelles situations de précarité à la fois économiques, affectives et psychiques. Cette crise semble faire taire soudainement une colère qui grondait, une agitation qui se répandait dans tout le pays, de la vague féministe au soulèvement des gilets jaunes, des grèves contre la réforme des retraites aux débrayages des travailleur-euses Uber. Tout le monde se retrouve confiné chez soi, brutalement coupé de ses moyens de luttes habituels, de cet élan collectif qui nous portait : impossible de prendre la rue, de se rencontrer pour s’organiser, de se toucher, de manifester, d’occuper collectivement l’espace public, de créer du commun.

Aux Tanneries, nous sommes un collectif de personnes attachées à ce lieux qui avons décidé de nous confiner ensemble, ici, dans l’espoir de pouvoir continuer à imaginer des manières d’agir, de moyens d’avoir une prise sur la situation que nous traversons.

Nous nous sommes donc organisés pour faire ce que ce lieu permet, pour qu’il continue d’être un espace politique d’auto-organisation, pour essayer d’activer le réseau de solidarité qui s’est construit depuis 20 ans ici. Nous avons donc mis en place un système de stockage et de redistribution de colis alimentaire, afin de fournir des produits de premières nécessité dans et autour de Dijon, à des personnes déjà précaires avant le confinement ou pour celles et ceux qui doivent affronter de nouvelles difficultés.

Nous livrons ainsi des colis à des familles dont le revenu se retrouve amputé des quelques missions d’intérim qui leur permettaient de joindre les deux bouts, à des étudiantes précaires, à des mineurs isolés, qui disposaient avant le confinement de réseau de solidarité qui ne fonctionne plus aujourd’hui, aux personnes migrantes ou encore à des personnes vulnérables devant la maladie…

Nous nous organisons aujourd’hui avec de nombreux collectifs (La Mistoufle, le quartier libre des lentillères ( il y a aussi un facebook des Lentillères)… et dijonnais.es pour que les colis arrivent remplis et soient livrés au domicile de ceulleux qui nous sollicitent. Nous distribuons de la nourriture et des produits d’hygiène à plus de 250 personnes et les demandes continuent d’affluer. La solidarité vient de toute part. Des associations et des paroisses nous lèguent leurs stocks de nourriture, des particulier.es viennent chaque fin de journée déposer des dons aux Tanneries, des agriculteurs nous fournissent des pommes de terres en grande quantité. Même confinés, la solidarité s’organise, dans la mesure de ce qui est possible avec les gestes nécessaires pour ne pas propager ce virus qui nous enferme.

Nous ne savons pas quel va être le futur, mais nous essayons de garder une prise sur le présent, de prendre soin de nos liens et de ne pas nous replier sur nous même.

Pour continuer ces distributions, nous avons besoin d’argent. Nous devons faire tourner les véhicules qui livrent, acheter des denrées supplémentaires, payer les factures. Plus le confinement dure, plus les demandes affluent. Et nos moyens ne sont plus extensibles.
Alors, si vous avez 5 euros ou 5000, pour nous aider a continuer, c’est par ici : frama.link/entraidetanns

PNG - 625.1 ko

communiqué du 5 avril -> https://tanneries.org/
Depuis le début du confinement, l’espace autogéré des Tanneries est devenu un espace de stockage et de redistribution de colis alimentaire. afin de fournir des produits de premières nécessité à des personnes précaires.

La crise sanitaire du coronavirus est venu amplifier la crise sociale, créant de nouvelles situations de précarité à la fois économiques, affectives et psychiques. Cette crise semble soudainement faire taire une colère qui grondait depuis longtemps, des gilets jaunes aux militantes féministes. Tout le monde se retrouve confiné chez soi, brutalement coupé des moyens de lutte et des réseaux de solidarité habituels.
Aux Tanneries, nous sommes un collectif de personnes attachées à ce lieu qui avons décidé de nous confiner ensemble dans l’espoir de pouvoir continuer à imaginer des manières d’agir politiquement et d’être solidaire les un.e.s des autres. La solidarité vient de toute part : des particulier.es viennent chaque fin de journée déposer de la nourriture aux Tanneries, des associations et des paroisses nous lèguent leurs stock de nourriture, des agriculteurices nous fournissent des pommes de terres en grande quantité. Pour la distribution des colis, nous nous organisons aujourd’hui avec des gens qui ont du temps libre et l’envie d’aider mais aussi avec de nombreux collectifs comme le Quartier Libre des Lentillères, Skanky Yard ou la Mistoufle.
On espère continuer à agir, à livrer des colis et à créer des solidarité aussi longtemps que durera ce confinement.
Courage, patience, bisous

L’Espace autogéré des Tanneries confiné

Contactez-nous sur entraide@tanneries.org ou au 06.67.64.24.28 (sms seulement)

PNG - 505.5 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Coronavirus

Réduction des risques en période de Covid

Pratique méconnue, la réduction des risques (RDR) fait partie, entre autres, des pistes de la « stratégie de déconfinement respectueuse des droits et des populations les plus fragiles », élaborée par l’association AIDES, qui lutte depuis de nombreuses années contre le VIH notamment.

[MàJ] 17 juin : action à Dijon !

« Mercredi 17 juin nous répondrons à l’appel national à agir contre la réintoxication du monde. Nous souhaitons mettre en avant d’autres manières de vivre la ville, de ne pas nous laisser déposséder de nos quartiers et des quelques espaces de respirations qui subsistent. »