Errance Urbaine #24 - Été Automne 2022



L’actualité vue par les rues de Dijon et alentours ces dernières semaines. Au programme ce mois-ci des grèves, de l’antifascisme, les 10 ans d’une révolution, et plus de saisons.

Rojava

JPEG - 868.4 ko
JPEG - 819.1 ko

Le 19 juillet 2022, le mouvement révolutionnaire kurde, les habitants du Rojava et leurs camarades internationalistes célébraient partout dans le monde les 10 ans de la révolution du Rojava.


Féminisme et littérature

JPEG - 489.1 ko

Le 6 octobre dernier, Annie Ernaux se voyait récompenser, à 82 ans, par le prix Nobel de littérature. Écrivaine, elle est aussi, au même titre que Virgine Despentes (qui n’en fini pas d’inspirer nos tagueur·euses locaux, voir ci-dessous), une figure des combats féministes contemporains et un soutien aux luttes sociales.

JPEG - 930.2 ko

Si t’as pas la ref’ c’est par là.

Et dans un registre moins littéraire mais pas moins efficace :

JPEG - 940.3 ko
« Mascu » pour « masculiniste ». Se présentant comme une « défense des droits de hommes », le masculinisme est en réalité une défense de la domination masculine
JPEG - 488.9 ko
JPEG - 454.3 ko
JPEG - 178 ko
« Cis », pour « cisgenre », c’est à dire qui se reconnait dans le genre qu’on lui a assigné à la naissance, l’inverse de « transgenre »
JPEG - 387 ko
En bon français « Les hommes morts ne violent pas »

Les Républicains

JPEG - 79.8 ko

Dans la nuit du 11 au 12 octobre, des mains errantes ont refait la déco du local des Républicains de Côte d’Or. « Merci pour le SMIC », que les Républicains ont refusé d’augmenter en juillet dernier. Ces derniers n’ont évidemment pas tardé à publier un communiqué geignard contre « la radicalité croissante d’activistes présents depuis trop longtemps à Dijon » [1].


Urbanisme

JPEG - 463.2 ko
JPEG - 638.8 ko
JPEG - 867.9 ko
JPEG - 955.3 ko
JPEG - 311.9 ko
« Stop béton », « Dijon ville verte », vu sur un engin de chantier

Alors que des logements sont vides depuis des années, la métropole continue de bétonner à tout-va.
Dernière cible en date de Nexity, Ghitti, Sopirim & co ? Les rives du Suzon, 3 hectares de vergers friches et jardins au nord de Dijon. La lutte s’organise, et contre les projets de Rebs a été créée le 20 novembre dernier, la RUBS : Réserve Urbaine de Biodiversité du Suzon.

JPEG - 811.3 ko

Si t’as pas la ref’ c’est par là

Rebsamen ou pas, les Lentillères continuent leur bout de chemin, après les 10 ans du quartier il y a deux ans, on fêtait en novembre les 10 ans du jardin des maraîchères (JDM pour les intimes), la ferme installée en 2012 au coeur du quartier des Lentillères, qui produit des légumes pour les marchés hebdomadaires et les luttes locales.

JPEG - 262.2 ko
JPEG - 821.4 ko

Pour finir avec les questions d’urbanisme parlons gentrification, puisque de plus en plus de quartiers de la ville passent en stationnement payant. Les fans de Yannick Jadot bourges qui ont un garage chez eux trouveront surement ça écologique, mais en chassant les voitures des centre-ville on chasse aussi les pauvres et les travailleur·euses, qui n’ont pas toujours d’autre choix de locomotion et qui n’ont pas les moyens de se payer des abonnements hors de prix. Un pas de plus vers la transformation du centre-ville en une vaste boutique de musée.


La planète brûle

JPEG - 691.1 ko
JPEG - 774.8 ko
JPEG - 773.6 ko

Après un nouvel été caniculaire et avec le mois d’octobre le plus chaud jamais enregistré (+3,5°C au-dessus des moyennes mensuelles enregistrées de 1991 à 2020, une température moyenne de 17,2°C.) et 20°C début novembre cette fois-ci c’est vrai « y a plus de saisons ».
Pendant ce temps là les dirigeants politiques et économiques passent 12 jours de COP27 à ne rien décider, et la presse bourgeoise s’inquiète de la « violence » des jeunes militant·es « écolos ultraradicaux » [2].


Antifascisme

JPEG - 946.9 ko
JPEG - 668 ko

Les fafs en tous genre sont tellement en roue libre (avec l’assentiment de la Macronie qui n’existe que grâce à l’épouvantail Le Pen) que c’est devenu compliqué d’en faire la chronique.
À l’international l’extrême-droite a pris le contrôle d’un des principaux réseau social du monde, s’impose en Italie et en Suède, perd de peu au Brésil, commet des attentats aux États-Unis, en Argentine, en Angleterre... sans la moindre réaction des pouvoirs publics.
En France où elle contrôle déjà le ministère de l’intérieur, ses partisans assassinent en pleine rue, et préparent des attentats avec des bombes à l’uranium, aggressent à tout-va, menacent de mort des profs jugées « islamogauchistes », des députés, des ONG, font annuler des sorties scolaires, tentent de faire interdire des jeux de société là aussi sans grande réaction médiatique ou politique. Pour ce qui est du versant plus public de la faferie, quand il n’est pas occupé à récupérer sans vergogne des faits divers tragiques, ou à inventer des aggressions « d’antifas » c’est à qui dira le truc le plus raciste pour gagner son invitation sur tous les plateaux TV.
Notez bien que la distinction qu’on fait ici entre versant public et versant plus violent n’existe qu’en apparence puisque la porosité entre RN et « ultradroite » est totale [3].
À Dijon ces derniers temps, ce qui agite nos petits fafs, bien aidés en cela par le Bien Public et la droite municipale c’est l’insécurité sur la place de la République.


Grève

JPEG - 620.4 ko
JPEG - 583 ko
JPEG - 467.2 ko
JPEG - 498.5 ko
JPEG - 744.4 ko
JPEG - 746 ko
JPEG - 874.9 ko
JPEG - 850.3 ko
JPEG - 945.8 ko
JPEG - 523.6 ko
JPEG - 1.2 Mo

On y a bien cru fin octobre, mais soyons honnêtes : les manifs contre l’inflation ont été un flop, malgré une affluence correcte le 18 octobre. Mais cette fois, après plusieurs mois d’atermoiements, Élisabeth Borne vient d’annoncer que la réforme des retraites allait être relancée à partir du 15 décembre, presque trois ans jours pour jours après le début d’une grève historique et temporairement victorieuse contre ce projet. Tout porte à croire que malgré les coupures de chauffage, l’hiver sera chaud bouillant.

Réforme des retraites : retour sur une lutte loin d’être terminée

Réalisé à Dijon durant l’hiver dernier, ce documentaire sonore revient sur la convergence qui s’est produite entre les différents acteurs et actrices du mouvement des retraites. L’idée est de comprendre les raisons de cette mobilisation. Qu’est-ce qui a poussé les cheminot.es, les pompier.es, les avocat.es, les infirmier.es, le personnel de l’éducation, les étudiant.es les gilets jaunes et les féministes dans la rue ? Pourquoi et comment toutes ces personnes ont lutté ensemble ?

23 juin 2020

En vrac

JPEG - 1016.4 ko
JPEG - 583.5 ko

JPEG - 966.3 ko

C’est vrai que ce n’est pas ici que vous tomberez sur une tribune de groupuscule néo-fasciste.

JPEG - 577.5 ko

P.-S.

  • Vous pouvez nous envoyer vos photos des graffitis, affiches ou autres autocollants originaux que vous voyez dans les rues de Dijon et alentours à l’adresse contact[at]dijoncter.info.
  • Des exemplaires papiers d’Errance Urbaine sont toujours disponibles à la Fleur qui pousse à l’intérieur. C’est prix libre, en soutien au grévistes d’hier et de demain.
    Voir photos ici.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Tags - Graffs - Street art

Errance Urbaine #23 - Printemps 2022

L’actualité vue par les rues de Dijon et alentours ces dernières semaines. Au programme ce printemps deux manifs qui laissent des traces. Une édition réalisée en partenariat avec la Préfecture de Bourgogne Franche Comté et Alliance Police Nationale.

#56 Tag et Carnaval

Où il est question de la découverte de tag, de diversion médiatique, de sage et d’idiot.

Errance Urbaine #22 - Avril 2022

L’actualité vue par les rues de Dijon et alentours ces dernières semaines. Au programme ce mois-ci de l’antifascisme, des élections, et des nouvelles des Lentillères.