[G7] « Allons à la poste frontière » - Allers et retours d’un journaliste expulsé

Le 9 août 2019, un militant et journaliste allemand est arrêté à Dijon et expulsé en Allemagne. 10 jours plus tard, il revient en France et nous donne quelques nouvelles.

par : « fiché·es mais pas fichu·es » //
Direction Généreuse pour la Solidarité Intergalactique

Le 19 août, en début d’après-midi, Luc - pigiste de RDL, qui avait été expulsé dix jours plus tôt - a traversé le poste de frontière de Kehl/Strasbourg pour en savoir plus sur le contenu d’un nouvel arrêté que la France refuse de lui notifier. Dans une action créative, l’activiste (médias) a emballé ses 4 affaires pour se rendre à son lieu de travail légal en Bourgogne dans le but de continuer ensuite vers le Pays Basque pour reporter des contre-activités du sommet du G7 de cette année.

Vendredi, le tribunal administratif de Paris avait cassé l’arrêté d’expulsion illégal en urgence et obligé l’Etat à payer 1.000 € en raison de l’application incorrecte de la loi anti-terroriste et de résidence de 2014 (§214), alors que le ministre de l’intérieur jugeait opportun d’abroger l’arrêté peu avant l’audience (sans notification).
Néanmoins, un nouvel arrêté, rendu le 14 août, a été cité. Là aussi, le contenu était inconnu. L’arrestation du journaliste du RDL avait déjà fait du bruit dans les médias au cours de la semaine, car, en raison d’un emploi, d’une résidence temporaire et d’une activité journalistique en France, ainsi que d’un séjour régulier, il ne pouvait y avoir aucun doute sur l’illégalité de l’expulsion avec interdiction de séjour mise en oeuvre. En outre, les autorités ont presque complètement épuisé les 24 heures de garde-à-vue, puis - sans donner accès aux objets personnels et nécessaires, comme des vêtements appropriés, de l’argent ou des papiers - elles ont procédé à l’expulsion à grande vitesse, avec entraves et girophares. Les arguments avancés étaient des « soupçons » concernant le G20 passé à Hamburg et un contrôle d’identité en rapport avec la contestation du projet d’enfouissement de déchets nucléaires en Lorraine - une construction qui serait vraisemblablement applicable à des milliers de personnes et dont l’illégalité fait l’unanimité dans les milieux juristes.

L’administration française n’étant évidemment pas disposée à informer les citoyen·nes des décisions répressives prises à leur encontre, il a fallu se rendre à la frontière pour être informé de la situation actuelle, en prenant le risque d’une nouvelle menace de détention. Cette forme d’oppression informationnelle est une démonstration de pouvoir et s’appuie sur un jeu bureaucratique, dont les délais ont le but d’empêcher la participation de prétendues « personnes dangereuses » au sommet.

Prêt pour l’activité prévue et (un) peu confiant face à la décision positive du Tribunal administratif, Luc s’est mis en route pour l’Ouest.

Après avoir passé la frontière en passant par la passerelle des deux rives, il s‘est présenté au prochain Commissariat afin d‘en apprendre plus sur son statut de séjour. Les autorités ne lui ont donné aucun renseignement. Une nouvelle arrestation/expulsion n‘a pas eu lieu.

Étant donné que les autorités n‘ont pas montré gros intérêt à sa présence sur le territoire, Luc a continué son chemin afin de poursuivre ses activités en France.

Suivi: 1 mises à jour. La plus récente en premier | la plus ancienne en premier
  • Luc vient d’être rééxpulsé en Allemagne. Un avion a été spécialement affrété.

    Alors qu’il avait rejoint Hendaye pour couvrir l’évenement, Luc s’est fait arrêter et renvoyer en Allemagne, sur la base d’un nouvel arrêté. Cet arrêté, pris le même jour que l’abrogation du premier, a entrainé une interdiction de territoire français qui ne lui a jamais été notifiée. Luc a réattaqué cette décision en justice.
    Pour plus d’information, vous pouvez lire les réponses de Luc à Libération.

JPEG - 9.3 Mo
G7 de Biarritz : un militant et journaliste allemand arrêté à Dijon

[Màj le 17 août : L’arrêté d’expulsion manifestement illégal abrogé, un autre aussitôt adopté ] En prévision du G7 qui doit se tenir à Biarritz du 24 au 26 août, un militant et journaliste allemand a été arrêté à Dijon la semaine dernière. Sur de simples soupçons, au mépris de la présomption d’innocence, il a été expulsé en Allemagne avec une interdiction de séjour en France (où il travaille) jusqu’au 29  (...)

24 août 2019


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : G7 Biarritz

Procès des 3 Allemands arrêtés à Biarritz : appel à soutien !

Le 21 août 2019, trois personnes sont interpelées sur l’autoroute alors qu’elles roulent en direction de l’Espagne. Interpelées, jugées et condamnées pour groupement, elles sont actuellement en prison. Appel à soutien pour leur procès en appel.

Quand Bizi, ANV & Co se rendent complices de l’Etat

Le temps est venu pour nous de dénoncer l’imposture de ces organisations qui depuis trop d’années tentent de nous déposséder de nos combats et négocient sans cesse notre reddition face aux violences du système capitaliste.

G7 - EZ Acte 4 : Police Partout, contre-sommet t’es où ?

Où il est question d’altermondialisme, de consensus autoritaire, du bouclage de Bayonne, de désespoir et de confusion.

Articles de la même thématique : Droit de manifester

[Lons-le-Saunier] Maxi-répression à la Mini-festation

Ce samedi 16 mai, la police a fait du zèle lors de la « mini-festation » de Lons-le-Saunier (Jura). Des participant.e.s, dont certain.e.s ont passé une vingtaine d’heures en garde-à-vue, racontent...

La Gazette des confiné·es #14 - Censure du web, éducation numérique et manifs empêchées

Resterons-nous libres de vous informer encore longtemps ? Cette quatorzième Gazette s’ouvre par la fin. La fin du parcours législatif de la loi Avia, promesse de censure et d’arbitraire. On s’interroge. Est-il permis d’évoquer les sabotages d’antennes et de câbles attribués à l’« ultragauche » par les renseignements ? D’afficher les startuppers pour qui l’école numérique est une promesse d’argent ? De critiquer la collapsologie ainsi que Martin Hirsh et ses errements ? Ou serons-nous rattrapés par les chaussettes à clous pour crime de pensée ? Les manifestant·es du 11 mai l’ont appris à leurs dépens. L’ambiance est policière.

Rassemblement devant le TGI en soutien à deux inculpés pour « manifestation interdite »

Ce lundi, deux personnes sont convoquées au tribunal car elles ont refusé de payer une amende pour participation à une manifestation interdite. Appel à rassemblement de soutien à 13h15 devant le TGI de Dijon.