Lutte contre la réforme Blanquer : soutenez les profs grévistes

Après la grève, vient le temps de la répression. Jean-Michel Blanquer l’a promis, « les enseignants grévistes auront bien évidemment des sanctions financières ». À Dijon une caisse de grève a été mise en place.

La répression qui vient...

En Macronie, un mouvement comme celui qui vient d’avoir lieu contre la réforme Blanquer représente un véritable camouflet qui ne saurait rester impuni. Au micro d’Europe 1 le mardi 9 juillet, Jean-Michel Blanquer l’a promis, « les enseignants grévistes auront bien évidemment des sanctions financières : la suppression de chaque jour de paye depuis le 1er jour où ils auront eu les copies jusqu’au jour où ils les ont rendues. »

À Dijon, comme dans d’autres villes en France, une caisse de grève a été mise en place par l’AG interdegré pour soutenir les grévistes.

https://www.lepotcommun.fr/pot/ainxyjso

Cette caisse de grève est constituée pour soutenir les actions contre les réformes Blanquer dans l’éducation nationale, et en particulier les correcteurs impliqués dans les actions lors du bac 2019.
 
Voici ce que nous dénonçons dans la réforme du lycée général et technologique :
-* cette réforme est l’outil qui prolonge et renforce la logique de sélection de Parcoursup : il s’agit de faire entrer les élèves dans la contrainte de places réduites, inégalement réparties dans les établissements selon leur implantation, et non de leur donner réellement la possibilité de choisir leur parcours.
-* Si le bac passe à 40% en contrôle continu, sa valeur variera avec la réputation du lycée où il est passé ; ce qui aura un impact sur les poursuites d’études.
-* La réforme réduit le nombre d’heures et de postes : disciplines inégalement implantées et parfois mutualisées ; « classes » éclatées ; groupes prévus de base à 35, allègements et dédoublements soumis aux choix locaux et non garantis.
-* La Réforme entraîne des suppressions de postes en développant les cours par visio-conférence et par le CNED.
 
En ce qui concerne la loi sur l’école de la confiance, l’article 1 impose un devoir d’exemplarité qui réduit la liberté d’expression des enseignants.
 
Soutenez-nous !
Un repas de soutien aux profs grévistes de l’agglomération dijonnaise aura lieu mardi 16 juillet au Chez Nous (rue Musette), à partir de 20h (végé/ végan, prix libre)
Suivi de la mobilisation contre la réforme Blanquer

La lutte contre la loi Blanquer a pris une nouvelle ampleur avec le mouvement de rétention des notes du bac 2019. Suivi de la mobilisation à Dijon et dans ses alentours. Dernière mise à jour le 13 juillet : une caisse de soutien pour les grévistes.

13 juillet 2019
Remise des copies du bac : Haie d’honneur pour les grévistes

Les professeur·es dijonnais·es qui retenaient les notes du bac ont rendu leur copie au Rectorat, avec beaucoup d’émotion, et sous les acclamations de la foule.

9 juillet 2019


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Lycée

Gazette (des confiné·es) # 16 - À vélo, féministes et avec les luttes contre l’extrême droite et l’agroalimentaire breton

Cette semaine, on fait un petit tour des appels féministes pour s’organiser, on se motive contre l’extrême droite, contre Parcoursup, contre le numérique obligatoire dans l’enseignement et on s’enjaille à reprendre le vélo. On s’interroge aussi sur la production scientifique : seconde vague ou non ? Municipales ou non ? Et enfin, on soutient les journalistes en lutte en Bretagne contre l’agroalimentaire.

[En images] Le Rectorat muré par les personnels de l’Éducation Nationale en grève

Mercredi 5 février, un rassemblement était organisé par l’intersyndicale de l’éducation nationale devant le Rectorat. Les personnels mobilisés entendaient protester contre la réforme des retraites, contre la réforme Blanquer (avec notamment la mise en place des E3C), et contre les suppressions de postes dans l’académie de Dijon.

Appel à rassemblement contre les E3C

Communiqué départemental intersyndical sur les E3C et les suppressions de postes. Il appelle à un rassemblement le 5 février 2020 à 14h devant le Rectorat, au moment où une audience intersyndicale et inter-établissements sera reçue.

Articles de la même thématique : Répression

[Lons-le-Saunier] Maxi-répression à la Mini-festation

Ce samedi 16 mai, la police a fait du zèle lors de la « mini-festation » de Lons-le-Saunier (Jura). Des participant.e.s, dont certain.e.s ont passé une vingtaine d’heures en garde-à-vue, racontent...

Meurtres et mensonges d’État : la police française a tué au moins 12 personnes durant le confinement

Durant ces 2 mois de confinement, si un certain nombre de violences policières ont pu être dénoncées grâce aux images et aux révoltes dans les quartiers populaires et mises en lumière dans les médias, les morts liées aux interventions de la police sont restées dans l’angle mort. Malgré un article publié le 20 avril sur cette situation, largement relayé et suivi de tribune, aucun média national n’a titré sur ces morts. À la fin de ce confinement, ce sont 12 personnes qui sont mortes à cause de la police. À ce rythme, personne ne peut continuer à parler de bavures isolées. Ils s’agit de meurtres systémiques validés par l’État français. Le site Rebellyon.info a publié un recensement de ces violences commises par la police pendant le confinement.

[Lons-le-Saunier] Manif des gilets jaunes : trois personnes en garde à vue

A la suite des rassemblements de ce samedi, trois personnes ont été arrêtées et placées en garde à vue au commissariat de Lons le Saunier.