[Dijon] 500 personnes manifestent contre la réforme de l’assurance chômage

Près de 500 personnes ont manifestédans les rues de Dijon vendredi 23 avril contre la réforme de l’assurance chômage. En plus des occupant·es du grand théâtre, la manifestation était appelée par la C.I.P. Bourgogne, la C.G.T. Spectacle, Attac 21, la C.G.T. 21, Solidaires 21, UNEF Bourgogne et F.S.U. 21.
L’application de cette réforme de l’assurance chômage aurait commencer il y a plusieurs mois, mais la crise sanitaire a poussé le gouvernement à reporter son entrée en vigueur au 1er juillet.
1,7 millions de personnes devraient être impactées directement par cette réforme, qui change entre autres le mode de calcul des allocations : le temps de travail nécessaire pour toucher des allocations devrait passer de 4 mois à 6 mois, et le montant de l’allocation serait calculé à partir des jours travaillés ou non sur une période de 24 mois, alors qu’il est actuellement calculé uniquement sur les jours travaillé des 12 derniers mois.

JPEG - 618.5 ko

Photos via Kawa TV



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Syndicalisme

Articles de la même thématique : Chômage

Grand rassemblement des riches

Les intermittents qui occupent le Grand Théâtre organisent une manif satirique pour contester la réforme de l’assurance chômage. Le Grand rassemblement des riches aura lieu le 12 juin à 11h devant le Grand Théâtre de Dijon.

Besançon : intermittents et précaires occupent l’inspection du Travail

Le CIP (Collectif des Intermittents et Précaires) ainsi que l’intersyndicale (CGT, FO, FSU, Solidaires) et l’association AC (Agir contre le chômage) ont appelé à cette première édition locale du « vendredi de la colère. » Alors que le Centre National Dramatique est occupé depuis plus d’un mois à l’instar de dizaines d’autres théâtres et sites en France, les militants de Besançon ont décidé de marquer le coup par une mobilisation et des actions conséquentes.