Inquisition dans un collège de Bobigny : soutien aux professeurs menacés

À Bobigny quatre enseignants syndiqués, membres du CA de leur collège sont victimes de
sanctions disciplinaires graves pour avoir exercé leur droit à la critique.
Ministère de l’inquisition nationale !

L’éducation nationale est un laboratoire peuplée d’experts. Nous, les professeurs, sommes des rats. Pas moyen de trouver la sortie du labyrinthe, celle qui nous sauvera de « l’expérience pédagogique » en cours.
Il s’en passe des choses depuis qu’un collectif des collectifs s’est crée (« On y va ») pour lutter contre les réformes Blanquer, le sosie du savant fou dans L’Etoile Mystérieuse. Pensez donc, 120 000 fonctionnaires en moins, tous ministères confondus, 120 000 feignasses renvoyées à leur néant. Avec l’aide des médias publics (France Inter ressemble de plus en plus à « Radio Paris »), l’état vante sa cure d’amaigrissement. « Ils » travaillent moins de 35 heures, « ils » n’ont plus le goût du risque, « ils » siphonnent les finances publiques. Mieux vaut les dématérialiser et les remplacer par des touches et en attendant l’Armageddon administratif, veiller à ce qu’ils ferment leurs gueules, de la santé à l’éducation en passant par les transports et la défense.
Jamais, même sous Sarkozy, la fonction publique d’éducation (pour ne citer qu’elle) n’aura eu à subir autant de menaces, brimades et sanctions. L’article 1 de « l’école de la confiance » n’est pas encore passé au sénat (à la mi-mai seulement) qu’il fait déjà de nombreuses victimes. Rappelons à ceux qui l’auraient oublié que l’article 1 est celui qui ôte toute liberté d’expression aux fonctionnaires de l’éducation nationale. Devoir de réserve, d’exemplarité, de dignité. Même dans la sphère privée, le professeur en trois syllabes devra se tenir et ne pas mettre les coudes sur la table. S’il a la bouche pleine, qu’elle ne le soit que de compliments et s’il veut crier, que cela soit pour exprimer son trop-plein de joie d’appartenir aux glorieux corps des sicaires de J.M Blanquer, ceux qui, sous ses ordres, dépècent l’école.
De cette répression, de cette traque aux profs contestataires, un exemple, le plus saignant. Au collège République à Bobigny dans le 93, quatre enseignants ont reçu des lettres recommandées dont un pour avoir « méconnu son devoir de dignité et son obligation d’exemplarité » en... 2016-2017 ! Que risque-t-il ? Au choix, la radiation, la mise à pieds sans traitement, la mutation disciplinaire (un collège sur la banquise entre deux ours blancs condamnés). Déclaration de guerre. Outre que les faits imputés datent de l’année scolaire 2016/17 (les rectorats font donc des fouilles archéologiques dans les dossiers et préparent les futurs licenciements qui seront rendus possibles par la nouvelle loi cadre de la fonction publique), les motifs invoqués, dignité et exemplarité, relèvent de la farce. Le motif réel est « syndiqué », la chasse aux sorcières et ouverte. Blanquer le grand Inquisiteur souffle sur les braises et les flammes montent haut.
Une information pratique (et urgente !) : en soutien aux collègues du collège République (bientôt débaptisé, je propose collège Thiers) il est possible d’écrire un mail à l’adresse suivante : repressionrepubliquebobigny@gmail.com
afin d’être inscrit sur la liste : repressionrepubliquebobigny@framalistes.org.
Pour payer les jours de grève et l’avocat, une cagnotte en ligne
 : https://www.helloasso.com/associations/sud-education-93/collectes/repression-republique-bobigny.

La république en marche au pas de l’oie est en train de transformer la France en serpillère. Jamais la bêtise n’aura été aussi vantée, institutionnalisée et encouragée. Ecouter les ministres de Macron est une torture, supporter ses députés aux ordres un calvaire, se goinfrer le grand débat, une punition. Plus que jamais, tous dans la rue. Et les enseignants, « on y va » car si « on n’y pas pas », notre sort sera scellé à la mi-mai et le jour de la pré-rentrée nous seront offerts par le rectorat, en même temps que la lettre du ministre et celle de nos inspecteurs, un bâillon et un bâton. Pour que règne la Confiance-Blanquer pour les siècles des siècles.
Vade Retro, Satanas !

Retrouvez toutes les Chroniques de la réserve à propos de l’éducation nationale.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Collège

AG inter-degré de l’éducation nationale

Les réformes Blanquer de l’éducation nationale on n’en veut pas !
La commission mixte paritaire Assemblée/ sénat prévue pour finaliser la loi du ministre est fixée au 13 juin.
Retrouvons nous en AG le mercredi 12 juin à 15h dans les locaux de la FSU (45 rue parmentier, vers la place de la rép)

AG de l’éducation nationale

Contre les réformes Blanquer, l’AG inter-degrés (Personnels - Parents) réunie ce mardi 14 mai appelle à se réunir en AG Mardi 21 mai à 17h 30 Local de la FSU (45 rue Parmentier) pour les suites à donner à la mobilisation.

Souffrance au travail et sanctions au collège de Sombernon

Depuis juin dernier, des enseignants du collège de Sombernon dénoncent une dégradation de leurs conditions travail. Réponse du rectorat : deux enseignants sanctionnés. Une pétition a été lancée.

Articles de la même thématique : Pression - Censure

« Je n’arrive plus à respirer » : rassemblement à l’appel du collectif Vérité pour Adama

Le collectif Vérité pour Adama dénonce une nouvelle expertise médicale mensongère et raciste et appelle à un large rassemblement ce mardi 2 juin à 19h devant le TGI de Paris.

Loi Avia : comment continuer de consulter vos sites préférés en cas de blocage ?

Adoptée en dernière lecture mercredi 13 mai par l’assemblée nationale, la loi Avia obligera bientôt les sites internet à supprimer dans les 24h (1h pour ce qui concerne la pédopornographie et le terrorisme) certains contenus jugés illicites, sous peine de lourdes amendes voire de déréférencement sur les moteurs de recherche. On vous explique comment contourner cette censure qui ne dit pas son nom.

Fadila Khattabi, Didier Paris, et Didier Martin votent pour la mise en place d’une censure policière du web

Trois députés LREM de Côte d’Or ont voté en faveur de la proposition de loi « visant à lutter contre les contenus haineux sur internet » ce mercredi 13 mai. Les autorités pourront exiger le retrait de tout contenu qu’elles assimilent à du terrorisme, sans contrôle d’un juge.