Appel à une marche contre les violences sexistes et sexuelles à Dijon



Dans la rue, à la maison, à l’école, au travail ou dans les transports, les violences doivent s’arrêter.
Appel à manifester, à Dijon, samedi 24 novembre, contre les violences sexistes et sexuelles.

Dans la rue, à la maison, à l’école, au travail ou dans les transports, les violences doivent s’arrêter. L’impunité doit cesser.
STOP
Nous ne sommes pas seul·e·s.
Nous n’y sommes pour rien.
Nous sommes des millions.
Nous sommes fort·e·s et déterminé·e·s.

Le 24 novembre, partout en France, nous marcherons pour en finir avec toutes les violences sexistes et sexuelles.

254 femmes sont victimes de viol ou de tentative de viol chaque jour ne France (enquête CVS, INSEE, 2017)
1/3 des femmes ont déjà subi du harcèlement sexuel au travail (Ifop, 2018)
16% de la population a subi des maltraitances sexuelles au cours de son enfance (L’Enfant Bleu, 2017)
1% des viols sont condamnés par la justice (Ministère de la Justice, 2016)
80% des femmes en situation de handicap ont déjà subi des violences. (Conseil Français des Personnes Handicapées, 2012)
59% des lesbiennes ont subi des discriminations ou des violences dans les 2 dernières années (SOS Homophobie, 2015)

À Dijon, rassemblement samedi 24 à 15h, place de la Libération

Pour un 24 novembre politique, marchons contre les violences sexistes et sexuelles

Plusieurs collectifs comme les Féministes contre le cyberharcèlement, Lallab ou La Chapelle Debout, appellent à participer à la marche du 24 novembre contre les violences faites aux femmes. « Nous voulons faire entendre les voix de celles pour qui les violences sexistes et sexuelles sont une expérience inséparable du racisme, du validisme, de la précarité, qui définissent nos quotidiens », expliquent les (...)

25 novembre 2018


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Féminisme(s)

Rectorat de Dijon : un plan d’action égalité femmes/hommes au point mort

A l’occasion du 8 mars, et du séminaire dédié à l’égalité le 1er juin, le rectorat de l’académie de Dijon a communiqué sur la déclinaison localement du plan national d’action sur l’égalité femme-homme et la lutte contre les violences. La CGT Educ’action de l’académie de Dijon estime qu’il est grand temps que cette politique soit appliquée dans notre académie, alors que le plan national a été voté et signé il y a plus d’un an et demi.

Et si on préparait une grève féministe ?

Après l’animation d’une discussion-débat sur le thème de la grève féministe lors d’une soirée sur le Travail des femmes à la bourse du travail, le Collectif 25 Novembre appelle à une première « AGF » à Dijon : une Assemblée de la Grève Féministe.

Articles de la même thématique : Sexisme(s)

[Livre] L’intolérable du présent, l’urgence de la révolution

Dans ce livre, Maurizio Lazzarato essaie d’interroger comme élément fondamental le passage de la lutte de classes (en tant que conflit entre capital et travail) aux luttes de classes plus récentes, qui s’ouvrent à des parcours pluriels : luttes sociales, sexuelles, de genre, de race.

Le buste d’Henriette de Crans vandalisé : Une violence faite à toutes les femmes !

Henriette de Crans fut la première femme condamnée pour sorcellerie et à avoir été brulée vive à Besançon. Le 20 novembre dernier, lors de la manifestation contre les violences faites aux femmes un buste à son effigie a été inauguré par la maire de Besançon. Dans la nuit de lundi à mardi, cette statue a été vandalisée. Plusieurs croix gammées ont été retrouvées à proximité de la statue.