Appel à une marche contre les violences sexistes et sexuelles à Dijon

Dans la rue, à la maison, à l’école, au travail ou dans les transports, les violences doivent s’arrêter.
Appel à manifester, à Dijon, samedi 24 novembre, contre les violences sexistes et sexuelles.

Dans la rue, à la maison, à l’école, au travail ou dans les transports, les violences doivent s’arrêter. L’impunité doit cesser.
STOP
Nous ne sommes pas seul·e·s.
Nous n’y sommes pour rien.
Nous sommes des millions.
Nous sommes fort·e·s et déterminé·e·s.

Le 24 novembre, partout en France, nous marcherons pour en finir avec toutes les violences sexistes et sexuelles.

254 femmes sont victimes de viol ou de tentative de viol chaque jour ne France (enquête CVS, INSEE, 2017)
1/3 des femmes ont déjà subi du harcèlement sexuel au travail (Ifop, 2018)
16% de la population a subi des maltraitances sexuelles au cours de son enfance (L’Enfant Bleu, 2017)
1% des viols sont condamnés par la justice (Ministère de la Justice, 2016)
80% des femmes en situation de handicap ont déjà subi des violences. (Conseil Français des Personnes Handicapées, 2012)
59% des lesbiennes ont subi des discriminations ou des violences dans les 2 dernières années (SOS Homophobie, 2015)

À Dijon, rassemblement samedi 24 à 15h, place de la Libération

Pour un 24 novembre politique, marchons contre les violences sexistes et sexuelles

Plusieurs collectifs comme les Féministes contre le cyberharcèlement, Lallab ou La Chapelle Debout, appellent à participer à la marche du 24 novembre contre les violences faites aux femmes. « Nous voulons faire entendre les voix de celles pour qui les violences sexistes et sexuelles sont une expérience inséparable du racisme, du validisme, de la précarité, qui définissent nos quotidiens », expliquent les (...)

25 novembre 2018


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Féminisme(s)

Féministes, nous luttons contre la répression d’État

Des intellectuels et des artistes, dont Françoise Vergès, Isabelle Stengers, Paul B. Preciado et plusieurs collectifs féministes s’allient pour affirmer « leur peur et leur colère face à la course sécuritaire menée par le gouvernement », et réclamer la libération des militants arrêtés le 8 décembre 2020.

Organisations féministes, LGBTI, syndicales, nous soutenons tous les modes de lutte antiraciste

« La non-mixité est un acquis du mouvement social depuis le XIXe siècle, défendons-la pour toutes et tous ! » Un ensemble d’organisations féministes, LGBTI et syndicales demande le retrait de l’amendement sur les réunions en non-mixité racisée et de la loi « séparatisme ». La non-mixité est une pratique historique qui a permis de nombreuses avancées, et dans un contexte d’offensive raciste, « il est primordial de nous ranger aux côtés des organisations antiracistes », ajoutent-elles.

Pour un féminisme de combat : soutien à la maison pour les femmes et minorités de genre exilé.e.s !

Parce que l’irresponsabilité de l’Etat n’a jamais été si grande, les féministes en lutte ne peuvent qu’apporter leur soutien et solidarité à l’ouverture d’une maison pour les personnes exilé.e.s depuis le 7 avril. Face à l’incompétence de l’État, la violence de ses institutions, et sa répression policière sexiste, queerphobe et raciste de plus en plus violente et systématique, nous nous organisons. Nous occupons l’espace qu’on nous refuse. Pour se confiner, il faut déjà une maison.

Articles de la même thématique : Sexisme(s)

[Dijon] Harcèlement sexuel et discriminations au SDIS 21

Ce jeudi le syndicat autonome des pompiers de Côte d’Or appelait à une journée de grève, ainsi qu’à un rassemblement pour soutenir les victimes de harcèlement sexuel et de discrimnation au sein du SDIS 21.