Expulsion du squat de la rue Becquerel : entre 60 et 80 personnes chassées de leur refuge

Ce mardi après-midi aux environs de 15h, une compagnie de CRS est venue expulser les habitants du squat de la rue Henri Becquerel. Cet ancien immeuble de bureau accueillait depuis bientôt un an entre 60 et 80 personnes exilées.

Ce mardi après-midi aux environs de 15h, une compagnie de CRS est venue expulser les habitants du squat de la rue Henri Becquerel. Cet ancien immeuble de bureau appartenant à la Société Est Métropole et vide depuis plusieurs années accueillait depuis le 29 septembre 2019 entre 60 et 80 sans-papiers qui avait auparavant été expulsées de l’ancienne CPAM de Chenôve.

Les personnes présentes dans le batiment ont semble-t-il été emmenées au Centre d’Accueil et d’Orientation (CAO) de la rue des Creuzots, CAO qui était pourtant déjà saturé.
À noter qu’une fois de plus la préfecture passe outre la justice puisqu’un procès en appel (certes non suspensif) sur l’expulsabilité du lieu devait avoir lieu à la fin du mois.

  • Un bâtiment destiné à rester vide

    L’immeuble situé au 11 rue Henri Becquerel accueillait des exilés depuis le 29 septembre 2019. Immeuble de bureaux de Dijon Céréales, il avait été racheté par la Société Est Métropole mais restait vide depuis des années. Aucun projet n’est annoncé sur ce bâtiment dont on peine à imaginer quel autre usage il pourrait avoir, coincé qu’il est entre un immeuble d’habitation et les voies de chemin de fer. Il y a fort à parier que ce bâtiment va rester vide encore de nombreuses années, à l’image de bien d’autres bâtiments d’où se sont fait expulser des demandeurs d’asile (ancienne CPAM de Chenôve, ancienne barre d’habitation de la rue de Stalingrad, etc.).

Rappel historique

Il y a un an, les migrant·es qui occupaient l’ex-CPAM de Chenove étaient mis à la rue, avec les mêmes arguments pourris qu’aujourd’hui. Ils ont passé près d’un mois sur un terrain bordant la rocade, chemin des Cailloux avant de s’installer rue Bequerel.
Pour mieux comprendre la situation politique de ces dernières années :

Comme lors de l’expulsion de la CPAM, c’est bien au sinistre Thierry Coursin - directeur de la société propriétaire de l’immeuble - qu’on doit cette expulsion :



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Squats - Expulsions

Une remise de lettre à la société SEM, propriétaire du bâtiment occupé par des demandeurs d’asile

Une cinquantaine de personnes sont venues assister à la remise du courrier adressé à l’entreprise propriétaire du bâtiment occupé par des demandeur d’asile rue Becquerel, expulsable à partir du 10 juillet. Il s’agit d’une demande de rendez-vous pour trouver une autre issue que l’expulsion.

Menace d’expulsion des demandeurs d’asile de la rue Becquerel

Remise de courrier et rassemblement le mercredi 8 juillet à 10h devant les locaux de la société Est Métropole, propriétaire du bâtiment, 8 rue Marcel Dassault.

Libérons Anton - Vague de répression à Tweebosbuurt

25 personnes ont été arrêtées, 3 squats ont été expulsés, des personnes frappées par la police, agressées par des individus inconnus. Une personne va probablement être déportée dans un pays ou sa vie est directement menacée. Ceci est un appel a l’aide ! Pour demander la libération de Anton, appel à rassemblement le 12/02 devant l’ambassade hollandaise la plus proche de chez vous.

Articles de la même thématique : Accueil des migrants

Acte 3 des Sans-Papiers : on marche vers l’Elysée depuis les 4 coins du territoires !

Après les manifestations parisiennes du 30 mai et du 20 juin, on va taper plus fort. En septembre des marches de sans-papiers et soutiens partiront des quatre coins du territoire pour sillonner tout le pays et convergeront pour une grande manifestation vers l’Elysée à Paris le samedi 17 octobre.

L’humanitaire, ce n’est pas ma lutte.

Retour de mission avec l’ONG de sauvetage en mer Seawatch.

[Rassemblement de soutien] Être étranger n’est pas un crime !

Un jeune dijonnais d’origine étrangère est attaqué au pénal pour être rentré en France sans visa alors qu’il était enfant. Le collectif soutien asile 21 appelle à se rassembler devant le tribunal jeudi 9 juillet à 8h30 pour le soutenir !