Le bras long de la répression : rencontre avec Matthias Monroy au quartier des Lentillères

Ou « Comment l’Europe traque la dissidence ».
Rencontre et discussion avec Matthias Monroy, journaliste et membre de la revue CILIP Droits civiques et police ») dans le cadre d’un info-tour sur la coopération des polices en Europe.

PNG - 75.4 ko

Jeudi 20 septembre à 20h00, rencontre et discussion au Snack Friche (8 rue Amiral Pierre, Quartier Libre des Lentilleres, Dijon) avec Matthias Monroy, journaliste et membre de la revue CILIP Droits civiques et police ») dans le cadre d’un info-tour sur la coopération des polices en Europe. Entrée libre.

Au sein de l’Union Européenne, les Etats Membres ont mis en place de nombreux outils leur permettant de poursuivre des personnes au-delà des frontières. Dans le cadre de la coopération pénale européenne, les institutions répressives peuvent prendre des « décisions d’enquête européenne en matière pénale », et ainsi ordonner à chaque Etat Membre, de procéder à des perquisitions, à des écoutes téléphoniques ou encore de placer des logiciels espions sur des ordinateurs.

Actuellement, la collecte de données personnelles sur des serveurs internet est facilitée dans le monde entier. Cela concerne également les banques de données de la police et des douanes qui sont en train d’être renouvelées. Les empreintes digitales sont rassemblées dans un fichier dit de « stockage biométrique ». L’ensemble des données des personnes exilé.e.s sont déjà examinées au moyen de la reconnaissance faciale. Le système informatique de Schengen, dont la Suisse fait aussi partie, est la plus grosse banque de données de police en Europe. De plus en plus de personnes y sont inscrites dans le cadre de poursuites secrètes ou de mandats d’arrêts européens.

Cela signifie en outre qu’un mandat d’arrêt national peut être diffusé à travers Interpol à 190 Etats. Enfin, il existe d’autres réseaux policiers et de services de renseignements en dehors de l’Union Européenne au sein desquels les décideurs se concertent sur les opérations à mettre en place et sur le développement de stratégies.

JPEG - 28.1 ko

Matthias Monroy, journaliste berlinois, est membre de la rédaction de la revue CILIP Droits civiques et police ») qui propose des analyses sur la politique de sécurité intérieure en Allemagne et en Europe depuis 1978. Au cours de notre tour-info qui fait étape en Suisse, en France et en Allemagne, Matthias contribuera à notre réflexion sur l’étendue des prérogatives policières et judiciaires en Europe, sur leur impact sur nos mouvements sociaux et sur les stratégies d’autodéfense collectives à imaginer.

Les autres dates de l’info-tour :

le 19 septembre, 19h : Anarchist Infotheque Furia, Bern (Suisse)
le 20 Septembre 19h : CCAN Nancy
le 22 septembre, 20h : KTS, Freiburg (Allemagne)


P.-S.


Articles de la même thématique : Prison - Enfermements

« Vous voulez condamner à mort Battisti, faites-le franchement »

Pour avoir demandé instamment le respect de ses droits en détention, Cesare a brutalement été transféré en Calabre cette semaine, plus loin encore de sa famille et de ses avocats, vers un environnement carcéral à dominante djihadiste. Il nous fait savoir que le climat y est délétère, et que tout sera tenté pour le faire passer pour dangereux.
L’interview de Davide Steccanella, avocat de Cesare, traduisait il y a un mois tout juste, la sensation de négation de son métier dans « cet État de non-droit » face à l’acharnement médiatique et judiciaire obscène réservé à Cesare. A relire à la lumière des derniers évènements.

Articles de la même thématique : Justice

Pas de recette miracle. Perspectives extra-judiciaires face aux agressions sexuelles

Ce texte a été écrit par les meufs de la Caisse de Solidarité de Lyon (puis validé par l’ensemble du collectif), à la suite de débats qui traversent un grand nombre de collectifs militants depuis de nombreuses années. Sans prétendre apporter des solutions définitives, il vise à alimenter la réflexion sur les alternatives à la justice étatique, y compris la gestion des agressions sexuelles.

[Lons le Saunier] Compte-rendus du procès 5G

Lundi 20 juillet, deux hommes étaient jugés à Lons le Saunier, accusés d’avoir incendié une antenne relais téléphonique dans le Jura ainsi que le Mac Do de Champagnole. Les juges, du haut de tout leur mépris de classe, les ont envoyé en prison pour 3 et 4 ans ferme avec mandat de dépot. Récit du procès.

Les violences policières ne sont qu’une partie des problèmes suscités par l’existence de la police

À l’heure où des manifestations massives animent les États-Unis contre les violences policières racistes, résonne le slogan « abolish the police ». En France, les revendications autour de la police visent en général davantage l’arrêt de certaines pratiques policières (clé d’étranglement, plaquage ventral, contrôles au faciès, etc.) que l’abolition de l’institution policière elle-même. Acta.zone a sollicité Gwenola Ricordeau pour nous éclairer sur cette revendication et ses implications concrètes.