Radio Monobloc, la radio itinérante confinée

Habituée au nomadisme, Radio Monobloc confinée continue de créer des sons pour partager les incertitudes virales d’un monde en transformation.

 
 
En cette période de confinement, les radios libres fleurissent ou se réinventent. Nous en avons contacté pleins pour qu’elles nous racontent comment ça se passait de leur côté.
La chronique Radios Déconfinées présente chaque jour sur dijoncter une nouvelle radio.
Et pour introduire cette série, vous pouvez aussi lire Les voix déconfinées : le retour des radios libres ?

 

Est-ce que vous pouvez vous présenter ?

Radio MONOBLOC est un collectif de radio à géométrie variable (entre huit et quinze personnes) fondé en mars 2017 par un groupe d’amateurs et de professionnels de la radio en France et en Belgique. Radio Monobloc tient son nom du village cévenol de Monoblet où elle est née et où elle a commencé comme un jeu – inspiré du travail de l’artiste Robert Filiou et de son idée de « création permanente » –, une tentative de tenir l’antenne pendant 100 heures d’affilées.

Notre collectif fonctionne par événements : ce sont des éditions régulières, (plusieurs éditions à l’année) qui allient créations radiophoniques, ateliers, entretiens, diffusions et improvisations en
direct. Chaque édition se construit autour d’un lieu et d’une thématique inspirée de celui-ci.

Nous avons, jusqu’à présent, réalisé deux éditions à Monoblet (dans les Cévennes donc), deux à Paris, une dans le village normand de la Noé Poulain, une sur l’île de Groix, une à Marseille et une à Dakar, en décembre dernier. Notre objectif n’est bien sûr pas de décrire le lieu ou de le présenter de manière exhaustive mais de donner à entendre des choses qui lui sont propres ou qui sont en résonance avec lui. Chaque édition est donc d’abord une résidence de l’ensemble de l’équipe dans ce lieu, d’une semaine à un mois : temps collectifs et fédérateurs, temps de création, récolte et montage in-situ. Découlant du lieu, chaque édition se tisse autour d’une thématique inspirée par celui-ci. Ainsi, l’édition sur l’île de Groix a pris pour thème l’« insularité », celle dans le lieu artistique marseillais du même nom le thème « déviation ». Cette structuration littéraire des éditions permet de dérouler un fil commun entre des formes radiophoniques éclectiques.

Qu’est-ce que vous diffusez ?

MONOBLOC diffuse trois types de contenus : 1. des reportages et rencontres avec la ville où nous nous trouvons, 2. des créations littéraires, sonores et musicales, 3. des travaux issus d’ateliers d’initiation à la radio que nous organisons. Les productions réalisées par les membres de MONOBLOC
s’enrichissent de propositions extérieures et sélectionnées par l’équipe lors d’appels à sons préalables à chaque édition. Le temps de résidence est l’occasion de montages, textures, bruitages, jingles et autres tentatives sonores découlant du thème choisi, et de sélections musicales dédiées.

La radio mobile se déploie à chaque fois dans des espaces qui se prêtent au rassemblement : café du village, place publique, restaurant de bord de mer, guinguette d’un lieu de résidence artistique etc, et convie à sa table les passants, les habitués et les curieux. Nous nous appuyons sur la couverture
des radios locales avec qui nous nouons des partenariats et qui nous permettent de faire entendre notre travail là où nous nous trouvons : Radio Balises à Lorient, Radio Panik à Bruxelles, Radio Grenouille à Marseille ou encore Dakar FM à Dakar.

Qu’est-ce que le confinement a changé dans le fonctionnement de la radio ?

La radio est donc née longtemps avant le confinement. Suite à l’annonce du confinement, aucun d’entre nous n’ayant de compétences médicales ni n’exerçant de métiers considérés comme « indispensables », nous nous sommes d’abord sentis bien inutiles et impuissants. Mais nous avons pensé que la radio était un canal idéal pour rompre, à notre échelle, un peu chaque jour, l’enfermement forcé, l’éloignement, l’isolement parfois, et pour faire entendre des voix, des sons, des bruits, des idées qui ne nous sont plus en accessibles en ce moment. Nous avons donc décidé de diffuser tous
les soirs, de 19h à 20h. À cette occasion, nous avons lancé un grand appel à contributions sonores et reçu de très nombreuses propositions.

Pendant cette heure de diffusion quotidienne, qui a démarré le 20 mars, nous essayons donc de faire tenir ensemble de manière cohérente un certain nombre de propositions aux formes diverses. Le fonctionnement de Monobloc durant la période de confinement est un peu différent de ce dont nous
avions l’habitude puisqu’il n’est pas, cette fois, lié à un lieu précis (si ce n’est peut-être celui auquel nous sommes, pour beaucoup, assignés temporairement) ni à un thème précis (si ce n’est que celui du confinement revient inévitablement dans les propositions que nous recevons).

 

Radio Monobloc - Jingle
Pour retrouver tous les podcasts
C’est ICI.

 

Est-ce que vous avez des conseils à donner pour celles et ceux qui voudraient se lancer ?

Nous avons commencé à produire des contenus radiophoniques avec un matériel assez réduit : quelques enregistreurs, des ordinateurs pour le montage et un ordinateur dédié à la diffusion. Plusieurs des membres fondateurs de la radio étaient graphistes ; elles ont réalisé nos premières affiches ainsi
qu’un premier site internet depuis lequel diffuser notre première édition.
On nous a également prêté une table de mixage, indispensable pour organiser des enregistrements collectifs en direct. Nous avons payé un abonnement *centova* pour pouvoir disposer d’un serveur de diffusion. La plupart d’entre nous n’avait pas fait de radio lorsque nous avons lancé Monobloc et
nous nous sommes formés entre nous (notamment grâce à deux des membres de l’équipe travaillant chez France Culture et chez Nova).

Par la suite, nous nous sommes peu à peu équipés de meilleurs enregistreurs (Zoom H5, Zoom F4), de plusieurs micros, de câbles, d’un *pad* couplé au logiciel *Ableton* pour lancer des sons en complément de la table de mixage etc.

Pour le montage, nous utilisons principalement *Reaper* qui est un logiciel gratuit et facile d’utilisation.

Pour écouter Radio Monobloc : monobloczone.wordpress.com

PNG - 1.2 Mo


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Médias libres

Dijoncter Papier #2 est sorti !

Dijoncter Papier #2 est enfin disponible dans les lieux les plus (dé)branchés de Dijon ! Où le trouver ? Combien il coûte ? Que contient-il ? Cet article répond à toutes vos questions !

Articles de la même thématique : Radios libres

[Strasbourg] Podcast « À nos mort.e.s »

Le 31 octobre 2020, à l’occasion de Samhain, un moment suspendu entre la vie et la mort, entre le jour et la nuit, nous avons voulu célébrer nos mort-es à la Pigeonne, le squat queer féministe antiraciste de Strasbourg.
Iels n’auront pas notre tristesse. Transformons nos deuils en force et nos rages en puissances. Nous avons lu et diffusé les réponses à notre appel à créations militantes, fictives, poétiques. Ces textes ou sons célébrent de manière politique nos mort-es assassiné-es ou suicidé-es, victimes du sexisme, du racisme, de la transphobie et de la transmysogynie, de la putophobie et de la queerphobie.