La Smart City policière se répand comme traînée de poudre

Alors que Dijon se targue de réaliser la première smart city française, probablement la première au monde, Christian Estrosi, maire de Nice, a encore fait parler de lui. Il paradait, tout fier du contrat passé avec une entreprise israëlienne pour permettre, via une application smartphone, aux citoyens de se faire auxiliaires de police. Sollicitée par le conseil municipal de la ville, la CNIL a fait savoir son opposition, pointant le manque de base légale du dispositif ainsi que l’atteinte « disproportionnée » au droit à la vie privée qui en résultait.

Mais cette controverse relayée dans les médias a masqué l’essentiel. Car depuis l’an dernier, Nice aussi se prépare à devenir la Smart City™ du turfu en misant sur des partenariats avec de grandes entreprises des technologies de contrôle. Et on ne parle pas d’une petite boîte israélienne. On parle de Thales, bien connue, ou d’Engie-Inéo, une filiale Big Data du groupe Engie (Suez) (dans lesquelles l’État français détient respectivement 26,4% et 32,76% de parts). On ne parle pas non plus d’une simple « app » permettant de faire entrer le vigilantisme et la délation à l’ère 3.0, non. On parle de centres de contrôle-commande équipés de tout l’attirail moderne pour sonder quantités de bases de données issues des services publics ou d’entreprises privées, surveiller en temps réel l’espace public urbain et ce qui se dit sur les réseaux sociaux, faire de la police « prédictive »...

Lire la suite sur Marseille-infos-autonomes


P.-S.