[Fil info] Expulsion au squat de la CPAM

Lundi en début d’après-midi, les forces de l’ordre ont engagé une opération d’expulsion de l’ancienne CPAM de Chenôve, occupée depuis octobre 2018 par environ 80 personnes migrantes. Depuis, des interventions et des rassemblements ont lieu tous les jours pour obtenir leur relogement.

Les points à retenir :
  • L’ancienne CPAM de Chenôve, occupée depuis octobre 2018, a été expulsée lundi 9 septembre à 14h
  • Suite à la mobilisation des habitants et de leurs soutiens, la mairie leur a mis à disposition l’aire de passage du Chemin des Cailloux (un terrain nu pour caravanes, excentré, sans abri )

Les autres articles à propos de l’expulsion :

  • Retrouver ses affaires

    Enfin, ça devient possible de récupérer des affaires , alors un premier voyage a eu lieu à Saint Apollinaire pour en récupérer une partie. Les affaires sont stockées dans des containers à l’entreprise SETEO. 1re attention , retrouver les documents,les médicaments, quelques habits et couvertures. Tout est stocké dans des sacs poubelles sans plan de rangement.

    JPEG - 1.6 Mo
    JPEG - 3.6 Mo
    Chemin des cailloux : les exilés récupèrent leurs affaires...

    Les ex-habitants de la CPAM expulsée ont retrouvé leurs affaires, après plusieurs jours, et bien abîmées...

    23 septembre
  • /// Ce soir 18h - rassemblement lors de l’inauguration du Mail Guynemer/ rue Bertillon.

    Des nouvelles et un rdv. suite à l’assemblée d’hier au chemin des cailloux avec les demandeurs d’asile expulsés. A relayer largement d’ici 18h !

    /// Ce soir 18h - rassemblement de soutien aux migrant.e.s expulsé.e.s lors de l’inauguration du Mail Guynemer/ rue Bertillon.

    /// Pour un relogement digne et viable !

    Une cinquantaine de demandeurs d’asile expulsés ce lundi sont toujours dehors et sans solution de relogement.

    Pour éviter qu’un campement s’installe en ville, place Wilson, la Mairie leur a proposé dans l’urgence lundi soir un terrain prévu pour le passage des forains, chemin des cailloux. Les migrants ont dans un premier temps accepté de s’y rendre, sous la menace préfectorale de leur faire vivre une seconde expulsion brutale dans la même journée.

    Mais il se trouve que le terrain du « chemin des cailloux », prévu pour des personnes en caravane, n’est absolument pas viable pour les demandeurs d’asile. Le parking est balayé par le vent alors que le temps va se refroidir. Aucun WC ni douche n’ont même été installé par la Mairie. D’un autre côté, les propositions de relogement faites hier par l’Etat se sont avérées être de la poudre aux yeux : elles ne concernent qu’une petite minorité des personnes présentes et seulement pour quelques nuits. Après être passé en force la veille d’une audience au tribunal, le Préfet Bernard Schmeltz voudrait maintenant faire comme s’il n’avait pas créé lui-même un problème et faire disparaître les migrants. Mais ceux-ci sont bien là, ils vont poursuivre leur demande d’asile à Dijon et ne disparaitront pas. Il faut leur proposer une solution de relogement digne. La pression publique doit donc continuer en ce sens dans les jours à venir. Notons par ailleurs qu’une dizaine de migrants expulsés ce lundi sont toujours en centre de rétention et menacés d’expulsion.

    Lors de l’assemblée qui s’est déroulée hier soir au campement avec les demandeurs d’asile et en présence de soutiens, il a donc été décidé de se rendre en groupe à l’inauguration par des représentants de la Mairie du mail Guynemer ce mercredi soir à 18h, rue Bertillon, proche du chemin des cailloux. Ce sera l’occasion d’affirmer ensemble aux autorités municipales qu’un terrain balayé aux 4 vents sans sanitaires à l’arrivée de l’automne n’est en aucun cas un relogement viable. Nous devons trouver d’autres solutions !

    D’autres visibilsations de la situation ont été évoquées hier, notamment lors du grand dej’ associatif ce week-end, où seront probablement présents des représentants de la préfecture.

    Merci à vous de relayer cet appel et ceux des jours suivant largement.

  • Un passage rue d’la pref = 1 gazage

    Les habitants et leurs soutiens font un passage par la préfecture, ou plutôt jusqu’à l’angle de la rue de la préfecture.« La police barre la rue de la préfecturE, une partie du cortège bloque la voie de tram, tentative d’avancer, gazage . »La préfecture nous met à la rue, il faut qu’elle nous trouve une solution pérenne !

    Une demi heure plus tard, tout le monde repart vers le campement du chemin des cailloux !

    Venez nombreux-ses , c’est 10 minutes à pied après le campus universitaire. Il y a besoin de ...tout, il n’est toujours pas possible de récupérer les affaires.

  • Un petit mot sur le propriétaire

    Ici un article qui rend compte de qui est Thierry Coursin, le propriétaire qui attend avec impatience de récuperer son bien, la CPAM , enfin une des CPAM. On parle bien d’un propriétaire privé qui comme tous les squats précédents va sûrement murer le squat pour les prochaines années ...on attend avec impatience les projets !

    Thierry Coursin, un empereur de façades

    L’ex-directeur de cabinet de Rebsamen, devenu entrepreneur à plein temps après la privatisation sauvage de la société d’aménagement de l’agglomération dijonnaise en 2016, est propriétaire d’un bâtiment occupé par des migrants menacés d’expulsion actuellement.

    12 septembre
  • Devant le tribunal

    JPEG - 1.8 Mo
    JPEG - 1.6 Mo
  • Rendu en octobre

    Le rendu du procès aura lieu courant octobre.
    Les ex-habitants et leurs soutiens se rendent au chemin des cailloux.
    Une réunion doit avoir lieu avec la maire, l’OFII (Office Français de l’Immigration et de l’Intégration), et la Préfecture, qui se renvoient la balle quand à savoir qui doit gérer cette situation.

  • Des fonctionnaires dénoncent cette expulsion et ses méthodes

    « Cher.e.s collègues, comme vous le savez certainement ce squat devait passer ce mardi 10 septembre en audience devant le juge de l’exécution. Alors oui, bla-bla-bla, le précédent rendu n’était pas suspensif, mais quel affreux sentiment se dégage de ce timing. Quelle drôle de fraternité. »

    Expulsion de la CPAM : à nos collègues fonctionnaires

    Lettre à nos collègues fonctionnaires. Nous ne nous adressons pas, ici, aux femmes et hommes portant des uniformes à la couleur bleue.

    16 septembre
  • Du monde à la Cité Judiciaire

    Beaucoup de monde est venu soutenir les ex-habitants de la CPAM pour leur audience au tribunal d’instance. Certains attendent devant, d’autres dans les couloirs. Beaucoup de policiers aux alentours.
    À 14h30 l’audience n’avait toujours pas commencé.

    JPEG - 690.6 ko
  • Entre la chaufferie et la rocade ...personne ne vous verra !

    JPEG - 2.6 Mo
  • Campement au chemin des cailloux

    L’aire de passage pour les gens du voyage a été ouverte hier soir vers 22h . Remise en eau , quelques barnums livrés par la mairie , arrivée sur un terrain...complètement nu.
    La nuit était fraîche , petit oubli des services d’expulsion comme d’habitude , le jour où on t’expulse n’est pas le jour où tu récupères tes affaires , entre autres ... tes couvertures ..
    Recup de tentes , et de couvertures dans la nuit par les assos .
    Un coffret électrique a été installé ce matin ,
    petit dej’ avec le soleil !

0 | 10 | 20 | 30


Proposer un complément d'info

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?