Sale temps pour les capitalistes : Rabasse.info rejoint le réseau Mutu pour relayer les luttes de Franche-Comté !

[Nièvre] Bonne nouvelle du Mont Touleur


Nièvre

Nos amis de l’association La Bresseille viennent que nous informer d’une très bonne nouvelle. Une présentation publique du nouveau plan de gestion de la forêt montre des avancées spectaculaires des options de gestion de la forêt du Mont Touleur.

Après des propositions plus correct que la monoculture de Douglas sur la coupe rase de Dun-les-Places, cette avancée importante au Mt Touleur aujourd’hui démontre qu’une mobilisation citoyenne peut porter même auprès de propriétaires privés…

Les bonnes nouvelles étant rares, nous vous retransmettons le message de l’association dans son intégralité :

La mobilisation a porté ses fruits à Larochemillay. Les propriétaires du bois de Rivière ( partie sud du massif forestier du Mont Touleur) , accompagnés des techniciens de la CFBL, viennent de nous présenter le futur PSG en présence du CRPF, du PNRM et de la maire de la commune. Alors qu’il était question il y a quelques mois d’une coupe rase sur au moins 10ha, les nouveaux propriétaires décident finalement de maintenir le même mode d’exploitation.

Voici ce qui est prévu en détail concernant les 199 hectares :

20 hectares considérés comme des « îlots de biodiversité » seront en libre évolution (pas d’intervention humaine) ;
177 hectares feront l’objet de prélèvements à hauteur de 15 % . En clair, il y aura chaque année une coupe de 15 % des arbres sur une surface d’environ 10 à 12 hectares.
1 hectare d’épicéas attaqués par les scolytes fera l’objet d’une coupe sanitaire.
Environ 1 hectare de taillis de piètre qualité qui végète sera lui aussi coupé.

Au final, excepté deux hectares pour lesquels la coupe rase peut se comprendre, c’est bien un mode de sylviculture en futaie irrégulière à couvert continu qui a été choisi par les propriétaires. La forêt sera certifiée FSC. Cette décision préserve le paysage et la biodiversité de cette composante essentielle du massif forestier du Mont Touleur.

Bien évidemment, notre association qui regroupe aujourd’hui 120 adhérents se réjouit de cette décision. Nous avons de bonnes raisons de penser que la très forte mobilisation -600 personnes rassemblées en novembre 2021 et 45000 signataires pour la pétition- a changé la donne. Nous avons eu la chance de pouvoir échanger avec les propriétaires danois ( 90 % des parts) à qui nous avons fait visiter la forêt de Montmain (GFSFM) .Ce sont eux qui ont fait ce choix ,ce n’était probablement pas celui de la CFBL.

A travers ce mail, nous voulons vous exprimer notre profonde reconnaissance pour votre soutien . Nous faisons le constat qu’une mobilisation de précaution – on nous a beaucoup reproché de sonner le tocsin sans savoir ce que les propriétaires allaient faire- peut -être efficace. Notre association reste bien sûr mobilisée pour d’autres combats sur la zone du sud Morvan.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Luttes territoriales

Expropriations à Bure : pas un hectare de plus !

« Les Semeuses », collectif de maraîchage opposé à la construction du centre d’enfouissement de CIGEO à Bure dans la Meuse, dénoncent les projets d’expropriation qui menacent notamment les terres du collectif .

Articles de la même thématique : Forêts

[Jura] La forêt gronde : demandez le programme !

Le photovoltaïque, c’est sur nos toits, pas dans nos bois ! La lutte de Loulle et Mont-Sur-Monnet (Jura) a déjà réussi à réduire le projet de 122 hectares de forêts anciennes rasées à 49 ha, mais c’est encore 49 ha de trop !

Les forêts bourguignonnes sont sacrifiées pour l’industrie du bois

La situation des forêts de Bourgogne Franche-Comté est « préoccupante ». Ce ne sont plus seulement les habitants des milieux forestiers qui le disent mais un rapport de la Chambre régionale des comptes qui alerte sur la disparition prochaine de certaines espèces d’arbres dans le Morvan.