Préfecture, OQTF et xénophobie

Lettre ouverte d’un camarade de lycée de Guimba, un jeune Malien élève au lycée du Castel et menacé d’OQTF [2].

J’accuse

Moi, Merlin, futur élève de Première au Lycée Le Castel de Dijon, accuse les OQTF de crime contre l’humanité et de crime contre la liberté de chacun pour les raisons suivantes : les OQTF sont contraires aux articles premier des Droits Humains (Droits de l’Homme), et je cite :« Ils [les Hommes] sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité. » et à l‘article 13 « Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur d’un État », mais aussi de déportation ainsi que dans certains cas - comme pour les pays tels que le Mali ou encore la Guinée - de persécution pour des raisons politiques avec des soi-disants « faux-papiers », mais que représente un seul simple bout de papier que l’on peut déchirer dans la rue à l’ère de l’informatique ? Il est pénible que ces pays soient des régimes totalitaires ou l’on ne peut pas avoir accès au Net, non ? Ou alors cela arrangerait-il notre gouvernement ?

Alors camarade de lutte !

Je remarque avec peine qu’on refuse de nous recevoir, même après les manifestations du 4 et du 13 Juin. Nous nous battons pour les droits de ces Hommes qui ne demandent qu’à vivre libres, qui ne demandent qu’à pouvoir vivre comme nous autres, « citoyens français » !

Nous sommes le pays de la Liberté et des Droits de l’Homme, non ? Alors pourquoi continuons-nous à envoyer des OQTFs ?! Pourquoi vouloir continuer à renvoyer ces immigrés, alors que leur seule vie est d’être enfants esclaves dans des mines pour pouvoir fabriquer nos téléphones portables ?!
Guimba était enfant esclave dans des mines au Mali, à travailler sous la peur de se prendre une balle à chaque instant si il refusait toute coopération. Enfin me direz vous, « Il pouvait rester dans son pays, ou alors obtenir des papiers pour venir », mais un enfant esclave n’a pas le choix.

Fuir son pays n’est qu’une question de survie, mais aussi de courage et de volonté. Tout abandonner pour enfin avoir de quoi vivre, et que toute personne puisse vivre correctement n’est-il pas la volonté d’une Démocratie ?
Monsieur le Préfet aurait-il fait la même chose pour une personne sans domicile ?
Monsieur le Préfet se soucie t-il au moins de la vie d’autrui quand il marche dans la rue ?
À toutes ces questions, je répondrais que non. Non ! Autrement, il nous aurait permis d’aider ces gens ne cherchant qu’un refuge et que certains, comme les Tanneries ou le quartier des Lentillères, font le travail que devrait faire notre « belle » République. République, qui n’est finalement aujourd’hui plus qu’un ramassis de déchets refusant de voir les Droits Humains. Un tas de personne croulant sous notre oseille, et ne voyant pas plus loin que leur petit confort. Cela est une triste généralité, et j’ai espoir que certains ne sont pas pareils, mais nous ne voyons hélas plus que cela ces derniers temps.

Mais la lutte n’est pas finie, et ne sera pas perdue. La lutte est éternelle ! Mais pour qu’elle dure, il faut se rassembler, et lutter ! Les OQTFs ne sont que le reflet de la xénophobie du gouvernement, alors que immigrés, nos frères humains, ne représente qu’un demi habitant sur 100 !
Dites NON aux papiers qui régissent nos vies !
Dites NON aux papiers qui entravent nos libertés !
Dites NON aux papiers qui tuent des vies !
Dites NON à la xénophobie alors que les générations avant nous étaient aussi des personnes fuyant la guerre, la misère, et les régimes totalitaires que nous avions en place au 20e siècle, comme celui de Pétain !

Car personne n’est illégal.

Merlin Bondier, élève au Lycée Le Castel, et ami de la Liberté

France, terre d’OQTF

Notre élève, leur OQTF : tous et toutes au lycée Le Castel mardi 4 juin à 14h pour soutenir un élève malien sous le coup d’une Obligation de Quitter le Territoire Français.

5 juin 2019


Notes

[1Obligation de Quitter le Territoire Français

[2Obligation de Quitter le Territoire Français

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Xénophobie

La classe politique instrumentalise les affrontements à des fins xénophobes et sécuritaires

Les affrontements qui ont eu lieu aux Grésilles sont l’objet de diverses instrumentalisations politiques xénophobes. D’un côté, le chef de l’Etat appelle son ministère à expulser les étrangers impliqués, de l’autre, le RN de Marine Le Pen joue de son côté la surenchère en appelant même à un « moratoire sur l’immigration ». Un article de Révolution Permanente résume et analyse ces prises de position.

Stigmates : diviser pour mieux régner ?

Toutes les discriminations ont un point commun : le rejet collectif de la différence et la construction sociale du stigmate. En bref, construire les inégalités à partir des différences. Ici, avec l’aide de Naruto-kun, on aborde le concept de retournement du stigmate d’Ervin Goffman. Construction d’une identité marginale, lutte sociale, culturelle et politique, et affirmation de soi !

Face aux fascistes : la riposte continue !

Annoncé hier via les réseaux, ainsi que par pas mal de tractage et collages rapides et efficaces, un rassemblement antifasciste a eut lieu aujourd’hui, vendredi 1er mars, à Dijon, contre la « tournée » de Génération Identitaire.
Après avoir agressé une personne du rassemblement, ils comptent s’en prendre au squat de la CPAM !

Articles de la même thématique : Accueil des migrants

Suivi de la marche des sans-papiers

La marche des solidarités est partie le 19 septembre de Marseille et Montpellier et passera par Dijon le 8 octobre, avant d’arrivée à Paris et de marcher sur l’Elysée le 17 octobre 2020. Suivi étape par étape, de la grande marche vers la régularisation de toutes les personnes sans papiers !