Rassemblement pour les droits des migrants vendredi 18 décembre

Le 18 décembre est la Journée Internationale des Migrants - rassemblement à 18h devant la préfecture de Dijon.

Pour tous ceux qui se préoccupent de la défense des droits humains, c’est l’occasion de rappeler l’importance de cette question, dans un contexte où le nationalisme, le racisme et la xénophobie s’acharnent à en faire un « problème ».
Des dizaines de milliers d’enfants, de femmes et d’hommes meurent sur les routes de la migration, victimes des politiques meurtrières de fermeture des frontières. L’Europe se veut une forteresse et le nouveau pacte migration et asile en discussion sur le plan européen durcit les conditions d’accueil des personnes qui viennent y chercher un asile ou simplement un avenir et accélère les expulsions vers les pays d’origine. Nous militons pour une vraie politique de l’accueil, et d’abord pour l’abolition de l’accord de Dublin.

Il est urgent que la France signe enfin la « convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille » adoptée par l’ONU le 18 décembre 1990 ! Nous exigeons l’ouverture de voies légalisées et sécurisées pour les migrations afin d’éviter les drames et permettre un accès digne aux personnes en recherche de sécurité.
Nous soutenons l’appel de l’OIM (Organisation internationale pour les migrations) pour rétablir les sauvetages en mer et mettre fin à la détention des réfugiés et des migrants en Libye.
Celles et ceux qui vivent, travaillent, étudient parmi nous, souvent depuis de longues années ont de moins en moins accès à la régularisation.
Un nombre croissant de mineurs isolés, qui doivent être protégés comme des mineurs, quelles que soient leur nationalité et leur statut, ne sont pas reconnus comme tels et sont jetés à la rue. Et quand ils sont néanmoins protégés, c’est à l’âge de la majorité qu’on leur dénie tout statut et qu’on les menace d’expulsion vers des pays où ils n’ont souvent plus d’attaches.
En Côte d’Or comme ailleurs, même des personnes qui remplissent tous les critères officiels de régularisation ne l’obtiennent pas.

Pour l’égalité des droits
Pour la liberté de circulation
Pour la régularisation

Membres du Collectif de soutien aux demandeurs d’asile et migrants (Côte d’or) :
ACAT Dijon / Action Catholique Ouvrière / AFRANE Bourgogne/ AGIRabcd 21/ AIDES Bourgogne Franche Comté/Amis de la Confédération Paysanne/ Amnesty International Dijon / APF France Handicap/ ATTAC21 / ATMF Dijon / CFDT 21 / CGT 21 / Club Unesco Dijon / / CNT 21 / Collectif du lycée d’accueil international Le Castel/ Confédération Paysanne/ Confédération Syndicale des Familles / Espace Autogéré des Tanneries / Euphorbe en Illabakan / FCPE / FSU 21 / LVN personnalistes et citoyens / Ligue des Droits de l’Homme / MAN / Mouvement de la Paix/ MRAP / Pastorale des Migrants / RESF 21 / SAF / SNES FSU / SOS Refoulement / SOS Racisme / Solidaires / Solidarité afghane / Sud santé sociaux / UJFP / UNEF/ Tends la Main / Cimade

Un rassemblement aura aussi lieu à Chalon-sur-Saône le vendredi 18 décembre, à 17h30 au square Chabas.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Accueil des migrants

Pour un féminisme de combat : soutien à la maison pour les femmes et minorités de genre exilé.e.s !

Parce que l’irresponsabilité de l’Etat n’a jamais été si grande, les féministes en lutte ne peuvent qu’apporter leur soutien et solidarité à l’ouverture d’une maison pour les personnes exilé.e.s depuis le 7 avril. Face à l’incompétence de l’État, la violence de ses institutions, et sa répression policière sexiste, queerphobe et raciste de plus en plus violente et systématique, nous nous organisons. Nous occupons l’espace qu’on nous refuse. Pour se confiner, il faut déjà une maison.

Articles de la même thématique : Régularisation

Jeunes majeurs étrangers, sortir de l’impasse

Communiqué national largement signé pour continuer la mobilisation qui s’est faite autour du « boulanger de Besançon » et d’Elvis et poser le problème en terme collectif. Il est le premier étage d’une action dans la durée.