[Appel à mobilisation] 18 décembre : Journée internationale des migrants

Ne laissons pas expulser nos camarades de classes, nos élèves, nos voisins, nos amis. Rassemblons-nous devant la préfecture mardi 18 décembre à partir de 17h30.

18 décembre

Journée internationale des migrants

Pour le respect des droits humains, le respect des droits de l’enfance, ne laissons pas expulser nos camarades de classe, nos élèves, nos voisins, nos amis

A...est arrivé en France à 16 ans parce qu’il ne pouvait plus vivre dans son pays. Il s’est formé avec succès, vient de signer un contrat d’apprentissage dans le bâtiment. Tout le monde est satisfait, le jeune, ses enseignants, son employeur...et tout s’écroule. La préfecture exige des documents impossibles à obtenir et au delà de ce que prévoient les textes et le prive du droit au séjour et au travail. Le voilà dans l’angoisse et condamné à la clandestinité.

G... est mère de famille, elle a dû fuir son pays pour échapper à une mutilation de sa fille, ses jeunes enfants et leur père sont en situation régulière en France. Et un matin, la police vient la chercher pour l’expulser et briser cette famille, les enfants devant être arrachés à un de leur parent. Son seul crime, à son arrivée en France il y a sept ans, elle n’avait pas les bons documents. Elle arrive à échapper à ce drame, associations, élus, proches protestent auprès de la préfecture... toujours
pas de garantie du respect du droit des enfants de vivre avec leurs parents. Ses enfants et elle sont toujours dans l’angoisse du moindre bruit au petit matin.

L... est une « brillante » lycéenne comme on dit, sa famille remplit toutes les conditions de régularisation et d’un coup, elle est victime d’une obligation de quitter le territoire...Pour la préfecture, la loi permet, mais n’oblige pas à régulariser. Là aussi, élèves et personnel du lycée protestent et se heurtent à un mur de silence.

La famille T... remplit toutes les conditions pour être régularisée. Et quand elle dépose son dossier, refus, elle constituerait un trouble à l’ordre public. Les associations de défense des droits humains protestent et prouvent que ce qui est reproché, un incident dans un centre d’hébergement datant de cinq ans, a été classé sans suite par la justice pour « infraction insuffisamment caractérisée ». Enseignants, voisins, élus, témoignent de leur honorabilité. Et on se heurte une fois de plus à un mur.

Des situations comme celles-ci, il y en a des dizaines aujourd’hui en Côte d’Or.

En Côte d’or, des régularisations sont bloquées pour un mot de travers

Alors que le squat XXL a été expulsé par la préfecture le 11 juillet dernier, Anouk Coqblin - présidente de l’association SOS Refoulement - revient avec nous sur les impacts concrets des durcissements de la politique d’immigration en Côte d’Or.

12 novembre 2018

Et, comble du blocage, la préfecture vient d’annoncer qu’elle refusait de rencontrer les associations et syndicats défendant les droits des exilés parce qu’ils avaient manifestés leur solidarité avec les habitants de locaux publics vacants expulsés sans aucune décision de justice et mis à la rue sans proposition de relogement pour la plupart d’entre eux.

Pour le respect des droits humains pour tous, droit des enfants à ne pas être séparés de leurs parents, droit aux études, droit à un toit

Pour dire que nous ne pouvons accepter le refus des représentants de l’état de reconnaître la légitimité du monde associatif et syndical et de la défense des droits de chacun

Rassemblement devant la préfecture (rue de la Préfecture à Dijon ) mardi 18 décembre à partir de 17h30 suivi d’une soirée conviviale au cellier de Clairvaux à 18h30

Le collectif de soutien aux demandeurs d’asile et migrants :

ACAT Dijon / Action Catholique Ouvrière / AGIRabcd 21/Amis de la Confédération Paysanne/ Amnesty International Dijon /Association des Paralysés de France/ ATTAC 21 / ATMF Dijon / CFDT 21 / CGT 21 /CCFD Terre Solidaire/Clubs UNESCO /CNT 21 /Collectif du collèges les Lentillères/ Collectif du lycée d’accueil inter-national du Castel/Confédération Paysanne/ CSF / Espace Autogéré des Tanneries / Euphorbe en Illabakan / FCPE / FSU 21 / LVN personnalistes et citoyens / Ligue des Droits de
l’Homme / MAN /Mouvement de la Paix/ MRAP / Pastorale des Migrants / RESF 21 /SAF /SNES FSU/ SOS Refoulement / SOS racisme / Solidaires / Solidarité afghane /Sud santé sociaux/ UJFP / UNEF/ Tends la Main / Urgence Solidaire

Le Collectif soutien asile nord 21 :

Amnesty international Semur en Auxois-CCFD Terre solidaire - Emmaüs Planay - Ligue des droits de l’Homme, sections de Châtillon sur Seine et Montbard Auxois- MJC André Malraux de Montbard – RESF – Secours catholique



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Accueil des migrants

L’humanitaire, ce n’est pas ma lutte.

Retour de mission avec l’ONG de sauvetage en mer Seawatch.

Une remise de lettre à la société SEM, propriétaire du bâtiment occupé par des demandeurs d’asile

Une cinquantaine de personnes sont venues assister à la remise du courrier adressé à l’entreprise propriétaire du bâtiment occupé par des demandeur d’asile rue Becquerel, expulsable à partir du 10 juillet. Il s’agit d’une demande de rendez-vous pour trouver une autre issue que l’expulsion.

[Rassemblement de soutien] Être étranger n’est pas un crime !

Un jeune dijonnais d’origine étrangère est attaqué au pénal pour être rentré en France sans visa alors qu’il était enfant. Le collectif soutien asile 21 appelle à se rassembler devant le tribunal jeudi 9 juillet à 8h30 pour le soutenir !

Articles de la même thématique : Racisme ordinaire

Abolir la police

Presque une quinzaine de personnes ont été tuées lors d’« interventions policières » depuis le début du confinement. Une quinzaine de noms qui viennent s’ajouter à la liste interminable des victimes de crimes policiers, aux côtés de Zyed et Bouna en 2005, Wissam el Yamni et Amin Bentounsi en 2012, Rémi Fraisse en 2014, Adama Traoré et Mehdi (à Lyon) en 2016, Zineb Redouane en 2018, Steve Maia Caniço en 2019. Sans parler de tous ceux qui n’ont pas fait la une. Une vingtaine par an si on veut s’adonner à un décompte macabre.

Stigmates : diviser pour mieux régner ?

Toutes les discriminations ont un point commun : le rejet collectif de la différence et la construction sociale du stigmate. En bref, construire les inégalités à partir des différences. Ici, avec l’aide de Naruto-kun, on aborde le concept de retournement du stigmate d’Ervin Goffman. Construction d’une identité marginale, lutte sociale, culturelle et politique, et affirmation de soi !

Lettre ouverte à Laurent Streibig, Maire d’Echannay

Ça se passe dans nos campagnes...
C’est un peu banal, une communauté de communes qui vote un amendement demandé par son directeur financier - ex président mais qui a démissionné suite à la décision de reprendre en régie la gestion de l’eau [1] - pour refuser une subvention à l’association Risomes, du collectif de Mâlain, demandée pour l’organisation de son festival ATOUT BOUT D’ CHAMP...