La Trogne, des voix déconfinées du Perche

Podcast né du confinement, La Trogne va à la rencontre de celles et ceux qui ne se rencontrent pas.

 
 
En cette période de confinement, les radios libres fleurissent et se réinventent. Nous en avons contacté pleins pour qu’elles nous racontent comment ça se passait de leur côté.
La chronique Radios Déconfinées présente chaque jour sur dijoncter une nouvelle radio.
Et pour introduire cette série, vous pouvez aussi lire Les voix déconfinées : le retour des radios libres ?

 

Est-ce que vous pouvez vous présenter ?

La TROGNE est née la deuxième semaine du confinement. Très peu de temps après être arrivée à la ferme où je me suis confinée, on a lancé Ben et moi la TROGNE qui est un podcast participatif réalisé par des habitants du Perche. C’est un rendez-vous chaque semaine pour 30 min de podcast qui est diffusé sur les ondes avec Acentrale à Nantes, Station Zef à Blois, Canal B à Rennes et Radio campus à Clermont Ferrand.

Aujourd’hui derrière le son on est 4, deux personnes se sont joint à nous la deuxième semaine. Le fait qu’on commence et qu’on soit motivé leur a redonné le goût. On a fabriqué une grille pour le podcast qui nous amène à aller faire de la prise de son sur le bord de la route, chez des agriculteurs, etc. et aussi à contacter des personnes pour leur proposer d’enregistrer leur quotidien, ou de lancer des thématiques et même de travailler sur des compositions collaboratives (texte et musique).

L’idée du podcast est de montrer qu’il y a toujours du vivant et des gens qui s’organisent, de proposer aussi une boîte à outil technique, juridique, administrative pour monter des outils collectifs.
On a une réunion téléphonique chaque semaine avec ceux du Nord et on fabrique le contenu pour la semaine suivante. Aujourd’hui on a toujours une semaine d’avance sur le podcast pour ne pas être pris de court. Le lundi on remplit la grille, on fait le bilan de la semaine précédante, des retours et des choses à mettre en place pour s’améliorer (trouver un équilibre entre ce travail et le quotidien).
Après c’est beaucoup de mise en réseau de personnes, de réception de fichiers, de coups de téléphone et de prises de son. Sur place on fait le montage entre un petit bureau qui s’est improvisé dans le salon et une caravane avec deux ordinateurs. On avait un peu de matos : zoom, carte son et logiciels de montage mais c’est un peu avec ce qu’on a quand même. On espère que la carte son va tenir le coup.
Le podcast est né pendant le confinement. Par contre l’idée de la radio a commencé à être discutée collectivement à partir du mois d’octobre dernier dans le Nord du Perche. On voulait lancer une grande réunion cet été pour lancer l’affaire. Avec le confinement on s’est dit : allez on commence déjà à mettre la main à la pâte. Une radio avec nos voix, nos aspirations et intérêts nous manque cruellement ici, c’est le moment d’utiliser ce média pour créer du lien et de la motivation face à ce qui nous tombe sur la tête. Et on est bien contents d’avoir commencé. Aujourd’hui on reçoit des encouragements, des coups fils pour participer, etc... On réfléchit déjà quand on sera un bon groupe soudé ( bientôt bientôt ) à monter une antenne…

Avant le confinement on voulait monter une radio libre, qui aille à la rencontre de ceux qui ne se rencontrent pas, qui vivent côte à côte sans trop se comprendre, mais aussi qui soit une radio de la NIAC une radio positive qui encourage les initiatives et donne envie de continuer à en mener. Le confinement a été le moment idéal pour répondre à cette forte envie commune.

Qu’est-ce que vous diffusez ?

Chaque semaine on rencontre le quotidien de quelqu’un(e), on suit une chronique sur l’agriculture conventionnelle ou non (ce qu’elle fabrique, pourquoi et ce que ça implique), on écoute la voix des oubliés (enfants, précaires, chômeurs etc.), on écoute une collaboration entre un compositeur, un interprète et un écrivain qui ne se connaissent pas et qui créent un morceau à distance, on se défoule avec le NO COMMENT, un cut des infos, puis on passe aux interviews de groupes, d’associations de collectifs pour terminer sur la boîte à outil qui donne des conseils et astuces administratives, juridiques etc... Récemment on a fait l’interview d’Eric, qui fait partie d’un collectif qui a créé le CLIP, une association qui réfléchit à la propriété collective et qui permet de pérenniser un lieu en le sortant du marché immobilier. C’est inédit et passionnant et c’est à la fin du podcast 2... Mais on vous réserve pleins de surprise pour les prochains...
On s’adresse à tout le monde, enfin on espère...

 

La Trogne - Jingle
Pour écouter la suite
C’est ICI.

 

Est-ce que vous avez des conseils à donner pour celles et ceux qui voudraient se lancer ?

Un bon stockage mémoire pour l’archivage des fichiers / le logiciel REAPER libre de droit / Une bonne dose d’organisation / une bonnette fabriquée maison pour la prise de son en extérieur / ... Surtout n’hésitez pas à nous contacter pour des conseils débrouille !

Pour écouter La Trogne : https://soundcloud.com/user-278551276-188395312



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Médias libres

Thechangebook, réseau social associatif, non marchand, géré et financé par ses propres membres

TheChangeBook, réseau non marchand, présente toutes les fonctionnalités d’un réseau social, (publicité et exploitation des données en moins, serveur vocal en plus pour les A.G. décentralisées), mais il est d’abord et avant tout un outil collectif à gérer collectivement, un laboratoire in situ pour tendre vers l’autogestion.

Dijoncter Papier #2 est sorti !

Dijoncter Papier #2 est enfin disponible dans les lieux les plus (dé)branchés de Dijon ! Où le trouver ? Combien il coûte ? Que contient-il ? Cet article répond à toutes vos questions !

Les sites d’infos à Dijon c’est la champion’s league !

Invitation à découvrir un nouveau site d’information indépendant sur Dijon.

Articles de la même thématique : Radios libres

[Chalon] C’est la fin du confinement, c’est la fin de cocovidalocacaducul

C’est la fin du confinement, c’est la fin de cocovidalocacaducul

Eko des garrigues, pas de radio soupe pendant le confinement !

La radio Montpelliéraine continue sa programmation musicale pendant le confinement, pour ne pas laisser tomber nos oreilles dans les mains des radios soupes.

Fréquence Paris Plurielle, la voix des confiné·es sans voix

Radio Fréquences Paris Plurielle continue de donner la parole aux groupes les touchés par l’épidémie.