[Fil info] Expulsion au squat de la CPAM

Lundi en début d’après-midi, les forces de l’ordre ont engagé une opération d’expulsion de l’ancienne CPAM de Chenôve, occupée depuis octobre 2018 par environ 80 personnes migrantes. Depuis, des interventions et des rassemblements ont lieu tous les jours pour obtenir leur relogement.

Les points à retenir :
  • L’ancienne CPAM de Chenôve, occupée depuis octobre 2018, a été expulsée lundi 9 septembre à 14h
  • Suite à la mobilisation des habitants et de leurs soutiens, la mairie leur a mis à disposition l’aire de passage du Chemin des Cailloux (un terrain nu pour caravanes, excentré, sans abri )

Les autres articles à propos de l’expulsion :

  • Un petit mot sur le propriétaire

    Ici un article qui rend compte de qui est Thierry Coursin, le propriétaire qui attend avec impatience de récuperer son bien, la CPAM , enfin une des CPAM. On parle bien d’un propriétaire privé qui comme tous les squats précédents va sûrement murer le squat pour les prochaines années ...on attend avec impatience les projets !

    Thierry Coursin, un empereur de façades

    L’ex-directeur de cabinet de Rebsamen, devenu entrepreneur à plein temps après la privatisation sauvage de la société d’aménagement de l’agglomération dijonnaise en 2016, est propriétaire d’un bâtiment occupé par des migrants menacés d’expulsion actuellement.

    12 septembre 2019
  • Un passage rue d’la pref = 1 gazage

    Les habitants et leurs soutiens font un passage par la préfecture, ou plutôt jusqu’à l’angle de la rue de la préfecture.« La police barre la rue de la préfecturE, une partie du cortège bloque la voie de tram, tentative d’avancer, gazage . »La préfecture nous met à la rue, il faut qu’elle nous trouve une solution pérenne !

    Une demi heure plus tard, tout le monde repart vers le campement du chemin des cailloux !

    Venez nombreux-ses , c’est 10 minutes à pied après le campus universitaire. Il y a besoin de ...tout, il n’est toujours pas possible de récupérer les affaires.

  • /// Ce soir 18h - rassemblement lors de l’inauguration du Mail Guynemer/ rue Bertillon.

    Des nouvelles et un rdv. suite à l’assemblée d’hier au chemin des cailloux avec les demandeurs d’asile expulsés. A relayer largement d’ici 18h !

    /// Ce soir 18h - rassemblement de soutien aux migrant.e.s expulsé.e.s lors de l’inauguration du Mail Guynemer/ rue Bertillon.

    /// Pour un relogement digne et viable !

    Une cinquantaine de demandeurs d’asile expulsés ce lundi sont toujours dehors et sans solution de relogement.

    Pour éviter qu’un campement s’installe en ville, place Wilson, la Mairie leur a proposé dans l’urgence lundi soir un terrain prévu pour le passage des forains, chemin des cailloux. Les migrants ont dans un premier temps accepté de s’y rendre, sous la menace préfectorale de leur faire vivre une seconde expulsion brutale dans la même journée.

    Mais il se trouve que le terrain du « chemin des cailloux », prévu pour des personnes en caravane, n’est absolument pas viable pour les demandeurs d’asile. Le parking est balayé par le vent alors que le temps va se refroidir. Aucun WC ni douche n’ont même été installé par la Mairie. D’un autre côté, les propositions de relogement faites hier par l’Etat se sont avérées être de la poudre aux yeux : elles ne concernent qu’une petite minorité des personnes présentes et seulement pour quelques nuits. Après être passé en force la veille d’une audience au tribunal, le Préfet Bernard Schmeltz voudrait maintenant faire comme s’il n’avait pas créé lui-même un problème et faire disparaître les migrants. Mais ceux-ci sont bien là, ils vont poursuivre leur demande d’asile à Dijon et ne disparaitront pas. Il faut leur proposer une solution de relogement digne. La pression publique doit donc continuer en ce sens dans les jours à venir. Notons par ailleurs qu’une dizaine de migrants expulsés ce lundi sont toujours en centre de rétention et menacés d’expulsion.

    Lors de l’assemblée qui s’est déroulée hier soir au campement avec les demandeurs d’asile et en présence de soutiens, il a donc été décidé de se rendre en groupe à l’inauguration par des représentants de la Mairie du mail Guynemer ce mercredi soir à 18h, rue Bertillon, proche du chemin des cailloux. Ce sera l’occasion d’affirmer ensemble aux autorités municipales qu’un terrain balayé aux 4 vents sans sanitaires à l’arrivée de l’automne n’est en aucun cas un relogement viable. Nous devons trouver d’autres solutions !

    D’autres visibilsations de la situation ont été évoquées hier, notamment lors du grand dej’ associatif ce week-end, où seront probablement présents des représentants de la préfecture.

    Merci à vous de relayer cet appel et ceux des jours suivant largement.

  • Retrouver ses affaires

    Enfin, ça devient possible de récupérer des affaires , alors un premier voyage a eu lieu à Saint Apollinaire pour en récupérer une partie. Les affaires sont stockées dans des containers à l’entreprise SETEO. 1re attention , retrouver les documents,les médicaments, quelques habits et couvertures. Tout est stocké dans des sacs poubelles sans plan de rangement.

    JPEG - 1.6 Mo
    JPEG - 3.6 Mo
    Chemin des cailloux : les exilés récupèrent leurs affaires...

    Les ex-habitants de la CPAM expulsée ont retrouvé leurs affaires, après plusieurs jours, et bien abîmées...

    23 septembre 2019
  • Un squat de migrants expulsé à Lyon ce mercredi : 150 personnes à la rue

  • Gazage massif et flashball contre le rassemblement du mail Guynemer

    Mercredi soir à l’occasion de l’inauguration du mail Guynemer, un rassemblement avait lieu devant l’écoquartier voisin des Lentillères, pendant que les demandeurs d’asile et leurs soutiens descendaient en cortège du chemin des cailloux.
    Le cortège et le rassemblement, qui ne faisaient que taper sur des casseroles pour se faire entendre, ont été massivement gazés et ciblés par des tirs de « flashball ». Plus d’infos dans la journée.

    JPEG - 1.1 Mo
    JPEG - 655.4 ko
    JPEG - 290 ko
    À peine inauguré, le mail est déjà mis à feu par les grenades des flics
  • Retour sur la soirée de mercredi

    La CPAM s’invite à l’inauguration de l’Ecoquartier des Maraîchers

    Réponse de la préfecture par une pluie de lacrymo et tirs au flashball face à un orchestre de percussions venu se faire entendre pendant une inauguration de la mairie de Dijon. Communiqué des demandeurs d’asile et leurs soutiens

    16 septembre 2019
  • Sur le marché des Lentillères , un étal avec les armes utilisées par la police la veille

    JPEG - 3 Mo

    grenades lacrymo à main et avec lanceur , balles de LBD

    une brochure complète sur les armes de la police

  • Prise de douches pendant l’inauguration de la piscine du carrousel

    Samedi après-midi , à l’occasion de l’inauguration de la piscine du carrousel , une vingtaine de personnes de la CPAM sont venus visibiliser leur situation en diffant un texte et en formant un message avec leurs serviettes de bain.

    « NI DOUCHES NI MAISON, QUE FAIT ON , DEMANDEURS D’ASILE A DIJON »

    Réaction rapide des vigiles qui ne savent pas vraiment quoi faire , demandent au directeur , qui semble t-il ne craint pas le ridicule et répond : « on appelle la police » .
    Espérons que celui-ci ne soit pas également maître-nageur. La police ne semble finalement pas être venue, les exilés ont alors pu profiter de la baignade !

    JPEG - 3.3 Mo
    JPEG - 2.7 Mo
    JPEG - 2.5 Mo
    JPEG - 2.5 Mo
  • Au Grand Dej’ , communiqué du collectif soutien asile

    A l’occasion du Grand Dej’ , une vingtaine de personnes exilées sont venus à nouveau parler de leur situation.

    Les associations de soutien ont également distribué un communiqué sur la situation actuelle à Dijon.

    Droits humains bafoués

    • Qadri, lycéen d’Hippolyte Fontaine se préparant à entamer un BTS
      embarqué au petit matin, séparé des siens, renvoyé dans un pays qui
      n’est plus le sien sans lui laisser la possibilité de faire appel à un
      juge ou un avocat.
    • Onze habitants de l’abri de migrants de l’ex Cpam de Chenôve enfermés
      suite à une opération surprise. Quatre ont été libérés par la justice
      suite grâce à l’action d’associations de défense des droits. D’autres
      restent en grand danger d’être renvoyés vers des pays dictatoriaux.
    • Des dizaines de jeunes engagés dans des parcours scolaires ou en
      apprentissage menacés d’expulsion du territoire sous les prétextes les
      plus invraisemblables (tampon au mauvais endroit sur leur acte de
      naissance alors qu’ils ont une identité reconnue depuis des années et
      remplissent toutes les conditions de régularisation....) condamnés à la
      clandestinité.
    • Des familles côte d’oriennes vivant dans la peur au quotidien menacées
      d’expulsion, de séparation des enfants de l’un de leur parents
      simplement parce que le préfet de Côte d’Or a décidé de ne pas utiliser
      les possibilités de régularisation que permet la réglementation.
    • Des personnes expulsées de leur abri la veille de leur passage au
      tribunal pour défendre leur droit au logement que l’État laisse à la
      rue.
    • Une préfecture aux portes hermétiquement fermées aux associations
      défendant les droits des migrants.

    Face à la xénophobie, à l’inhumanité, à l’intolérable, nous affirmons
    haut et fort :

    Les étrangers sont des êtres humains, ils font partie de la richesse
    humaine de la France, ils doivent faire partie de son avenir.

    C’est à tous les défenseurs des libertés de se mobiliser sous toutes les
    formes contre les expulsions, pour faire de ce pays, un pays d’accueil
    et de fraternité/solidarité.

0 | 10 | 20 | 30 | Tout afficher


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Squats - Expulsions

Libérons Anton - Vague de répression à Tweebosbuurt

25 personnes ont été arrêtées, 3 squats ont été expulsés, des personnes frappées par la police, agressées par des individus inconnus. Une personne va probablement être déportée dans un pays ou sa vie est directement menacée. Ceci est un appel a l’aide ! Pour demander la libération de Anton, appel à rassemblement le 12/02 devant l’ambassade hollandaise la plus proche de chez vous.

Une semaine contre les frontières et pour de nouvelles solidarités

Programme complet de la Semaine sans Frontières qui aura lieu à la mi-novembre dans tout Dijon : projections, discussions, fête et moments de rencontre avec des collectifs parisiens.

[Fil info] Ouverture d’un nouveau lieu de vie pour les réfugiés à Dijon

Ce dimanche matin à l’aube, les anciens habitants de la CPAM de Chenôve, qui vivaient depuis leur expulsion le 9 septembre dernier sur le chemin des cailloux, un terrain vague le long de la rocade, ont décidé d’officialiser leur installation dans un nouvel immeuble vide.

Articles de la même thématique : Accueil des migrants

La Gazette des confiné·es #17 - Black Lives Matter, licenciements de masse et Covid en Afrique

Cette ultime Gazette commence par l’espoir d’un soulèvement fertile contre l’oppression raciste. Et si des semaines de confinement nous avaient plus uni·es que séparé·es ? Faisons ce pari, car d’âpres combats commencent, tant contre l’immense casse sociale facilitée par les ordonnances Macron que pour faire obstacle aux grands projets inutiles et imposés. Sans parler de l’aide aux exilé·es, notamment à Lesbos.

Rassemblement en hommage aux victimes du racisme

Plusieurs associations anti-racistes dijonnaises appellent à un rassemblement mardi 9 juin à 18h place de la Libération, contre le racisme et les violences policières.

La solidarité avant tout. Vraiment ? Un regard sur les pays européens

Comment COVID-19 affecte les régimes de détention et d’expulsion en Europe.
La pandémie du Covid19 plonge tous les pays du monde entier dans une crise économique et une crise de santé publique – le virus nous affecte tou.te.s. Malgré son envergure mondiale, les États et leurs gouvernements cherchent des réponses nationales.